Isère : 35 ans après, les recherches reprennent dans le cadre d'une enquête pour enlèvement

Publié le par France Bleu par Lionel Cariou, France Bleu Isère, France Bleu

Le procureur de la République de Grenoble annonce la réouverture en avril 2020 de l’enquête sur la disparition de Marie-Thérèse Bonfanti en mai 1986 à Pontcharra. De nouvelles recherches sont menées à partir de ce lundi et pour plusieurs jours dans le secteur de la disparition.

Une voiture de gendarmerie (illustration). Mots-clé : gendarme gendarmes enquête capitaine sarthe le mans © Radio France - Marc Bertrand

Une voiture de gendarmerie (illustration). Mots-clé : gendarme gendarmes enquête capitaine sarthe le mans © Radio France - Marc Bertrand

C’est ce que l’on appelle un « cold-case », une affaire confiée au groupe du même nom au sein de la section de recherche de la Gendarmerie de Grenoble au mois d’avril 2020. Le parquet de Grenoble avait alors été saisi d’une demande de la famille de Marie-Thérèse Bonfanti. De nouvelles recherches débutent ce lundi dans le secteur de Pontcharra.

Disparue alors qu'elle livrait des journaux

La jeune femme de 25 ans a disparu le 22 mai 1986 à Pontcharra. Marie-Thérèse Bonfanti venait de livrer des journaux dans un immeuble de la commune. Depuis, plus aucune trace d’elle. Ses affaires avaient été retrouvées dans sa voiture stationnée à proximité. Les enquêteurs de l’époque privilégiaient la piste criminelle, mais après plusieurs mois de recherches infructueuses, l’enquête avait fait l’objet en novembre 1986 d’une ordonnance de non-lieu. 

Nouvelle enquête pour "enlèvement et séquestration" 

En 2020 donc, les gendarmes ont rouvert le dossier et, après une "relecture minutieuse " selon les mots du procureur de la République de Grenoble Éric Vaillant, une information judiciaire contre X a été ouverte pour "enlèvement et séquestration" et confiée à un juge d’instruction. C’est donc dans le cadre de cette nouvelle enquête que des recherches vont être menées à partir de ce lundi et pour plusieurs jours. Les enquêteurs auront l’appui d’une unité spécialisée de l’armée de Terre pour procéder à des fouilles  "sur différents sites entourant les lieux supposés de l’enlèvement" explique le Parquet dans un communiqué. 

D'après Bernard Boulloud, avocat de la famille de Marie-Thérèse Bonfanti, des appels à témoin seront lancés dans les prochains jours. Les proches de la jeune femme n'ont jamais cru à une disparition volontaire précise l'avocat qui ajoute qu'en plus de Marie-Thérèse Bonfanti, deux touristes belges avaient disparu au même moment. 

La semaine dernière, un autre "cold case" avait fait la Une des journaux en Isère : celui du double meurtre en janvier 1993 à Sassenage de Michèle Marinescu, 43 ans, et de sa fille Christine, âgée de 13 ans. Marian Marinescu, respectivement époux et père des victimes, a été mis en examen dans ce dossier et placé en détention provisoire. 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article