Lise Han : la bataille s'engage aux prud'hommes

Publié le par La Nouvelle République par Caroline Devos

L’ancienne collaboratrice de Jean Germain conteste son licenciement devant les prud’hommes. Hier, elle a engagé la bataille avec son avocat.

Lise Han et son avocat, M<sup>e</sup> Christophe Moysan, se sont rendus hier au conseil des prud'hommes pour une première audience. © (Photo NR, Patrice Deschamps)

Lise Han et son avocat, M<sup>e</sup> Christophe Moysan, se sont rendus hier au conseil des prud'hommes pour une première audience. © (Photo NR, Patrice Deschamps)

Le conseil des prud'hommes de Tours siégera le 12 juin dans l'affaire qui oppose Lise Han à la SCP Tours Val de Loire Tourisme. C'est la décision rendue, hier matin, à l'issue d'un premier rendez-vous entre les deux parties devant la juridiction prud'homale. Cette phase dite de conciliation n'ayant (et pour cause) pas abouti, l'affaire devra donc être plaidée le 12 juin en audience publique.

Ce volet prud'homal est certes distinct de la procédure pénale en cours (*). Mais il est quand même intimement lié à toute l'affaire dite des mariages chinois qui défraie la chronique. Il est en effet surtout question des relations entre Lise Han et le sénateur-maire de Tours.

« Ce dossier devant le conseil des prud'hommes est remarquable, explique Me Christophe Moysan, l'avocat de Lise Han. En mars 2008, Jean Germain a décidé d'engager ma cliente et ensuite, elle a toujours donné entière satisfaction. Mon premier point, ce sera de dire que ce travail n'a jamais été un emploi fictif. Ensuite, j'estime que Lise Han a toujours travaillé pour Jean Germain, de mars 2008 à novembre 2012. »

La rupture a été consommée en deux temps. « D'abord, en novembre 2011, ajoute l'avocat, Lise Han a été poussée à la démission de son poste au cabinet du maire. Puis, on l'a proposée pour un emploi à l'office de tourisme où on lui a imposé une période d'essai de quatre mois. Et un an plus tard, on l'a licenciée. » Lise Han et son avocat souhaitent que le conseil des prud'hommes déclare ce licenciement « abusif ».

« Je suis humiliée, commentait hier Lise Han. J'ai travaillé pendant cinq ans pour Jean Germain en tant que maire de Tours, président de Tour(s)plus et président de Tours Val de Loire Tourisme. Il m'a trahie. Le sénateur-maire doit dire la vérité. Ce n'est pas juste de faire porter le chapeau aux autres. »

La bataille ne fait que débuter puisque le conseil des prud'hommes aura à se prononcer le 12 juin au sujet du licenciement de Lise Han. Celle-ci devrait réclamer 150.000 € de dommages et intérêts à son ancien employeur. L'avocat de la SCP Tours Val de Loire Tourisme, Me Jean-Yves Gillet, n'a souhaité faire aucun commentaire à l'issue de cette première manche.

(*) Lise Han a été mise en examen dans l'affaire des mariages chinois pour escroquerie, prise illégale d'intérêt, recel de fonds publics. Son ancien patron, Jean-François Lemarchand, directeur de l'office de tourisme, a également été mis en examen.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article