Meurtre de Magali Blandin : de nouveaux détails sur le rôle joué par ses beaux-parents

Publié le par France Bleu par Benjamin Fontaine, France Bleu Armorique, France Bleu

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Rennes s'est penchée ce jeudi 1er avril sur la demande de remise en liberté de Monique Gaillard, la belle-mère de Magali Blandin, tuée par son mari mi-février. Lors de cette audience, le rôle des beaux-parents s'est éclairci.

Portée disparue le 12 février 2021, Magali Blandin a été retrouvée morte le 19 mars. - Gendarmerie Nationale

Portée disparue le 12 février 2021, Magali Blandin a été retrouvée morte le 19 mars. - Gendarmerie Nationale

Elle est entrée tête baissée dans la salle d'audience, entourée de trois gardes, incapable de retenir ses larmes. Monique Gaillard, la belle-mère de Magali Blandin, tuée par son mari Jérôme a comparu ce jeudi 1er avril devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Rennes.

La mère de Jérôme Gaillard a demandé à sortir de prison. Depuis le samedi 20 mars et les révélations de son fils sur la mort de Magali Blandin, elle dort derrière les barreaux de la prison des femmes de Rennes. Observée par les parents et la sœur de la victime, présents dans la salle, Monique Gaillard n'a pas souhaité s'exprimer devant les juges. Elle a laissé son avocate, Gwendoline Tenier le faire pour elle.

Un don de 50.000 euros qui questionne

Depuis le début de sa mise en détention provisoire, l'avocate de Monique Gaillard minimise le rôle joué par sa cliente dans le meurtre de Magali Blandin. "Nous sommes loin du complot familial tel qu'il a été présenté par certains," a répété Gwendoline Tenier. "Oui ma cliente a pu mentir. Elle a expliqué avoir modifié la chronologie de certains faits car son fils lui a demandé de le faire. Elle craignait sa réaction."

Cette audience a permis d'en apprendre un peu plus sur ce qu'il s'est passé dans les semaines qui ont précédé la mort de la mère de famille de 42 ans. Les parents de Jérôme Gaillard auraient eu connaissance des intentions de leur fils aux alentours de Noël. Ce dernier aurait alors confié avoir payé des Géorgiens pour faire exécuter son épouse. Magali avait demandé le divorce. Une décision insupportable pour le père de famille. Il n'aurait pas accepté de la voir prendre son indépendance financière et partir avec une partie des biens du couple.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article