Obsèques de Jean-Luc Chiappini à Letia

Publié le par France 3 Corse Viastella par Grégoire Bézie avec AFP

Les obsèques du Président du Parc Naturel Régional de Corse (PNRC) ont eu lieu lundi 29 avril, dans son village de Letia (Corse-du-Sud), dont il était maire, en présence de nombreux élus, alors qu'aucun élément nouveau n'est apparu dans l'enquête sur ce 10e homicide depuis janvier. 

Dernier hommage à Jean-Luc Chiappini, le 29 avril 2013 à Letia (Corse-du-Sud) • © FTViaStella

Dernier hommage à Jean-Luc Chiappini, le 29 avril 2013 à Letia (Corse-du-Sud) • © FTViaStella

Dernier hommage à Jean-Luc Chiappini​

Un millier de personnes s'est rassemblée dans et autour de la petite église de Letia pour rendre un dernier hommage à Jean-Luc Chiappini, maire depuis 1977 de ce petit village de Corse-du-Sud.

Dans la foule, des anonymes, des agents du Parc en tenue et de nombreuses personnalités politiques: le président de l'Assemblée de corse Dominique Bucchini, le conseiller territorial Gilles Simeoni, le président du conseil général de Haute-Corse Joseph Castelli et celui de Corse-du-Sud Jean-Jacques Panunzi ou encore le député de Corse-du-Sud, Camille de Rocca-Serra.

Tous ont manifesté leurs inquiétudes fa​ce à la multiplication des assassinats. En fin de cérémonie, le préfet de région a demandé aux Corses de faire confiance en la volonté de l'Etat pour éradiquer la violence. ​

10eme assassinat depuis janvier

Récemment réélu à la présidence du PRNC, Jean-Luc Chiappini est la dixième personne assassinée en Corse depuis le début de l'année 2013. C'est également le troisième notable assassiné à Ajaccio en six mois, après l'avocat Antoine Sollacaro et le président de la chambre de commerce et d'industrie de Corse-du-Sud Jacques Nacer. 

L'autopsie pratiquée samedi a permis de déterminer que le président du parc naturel régional de Corse, exécuté le 25 avril à Ajaccio, a été atteint de plusieurs balles sur le côté gauche de la tête, a indiqué le parquet. Trois impacts ont été relevés à la tête côté gauche faits avec une arme de type revolver 357 magnum ou 38 spécial, a-t-il précisé.

L'affaire a été confiée à la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Marseille où une information sera ouverte prochainement. La Jirs, chargée des dossiers de criminalité organisée, est déjà saisie de nombreux dossiers d'homicides en Corse.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article