Un drone irakien détruit un hangar secret de la CIA dans une base américaine protégée

Publié le par La Nouvelle République Algérie par Oki Faouzi

L’attaque a été d’autant plus inquiétante que les bases américaines sont protégées par une sorte de système de défense particulier. Le chef du CentCom américain, Kenneth McKenzie, met en garde depuis un an déjà contre les menaces croissantes des drones dans la région. La menace évolutive des drones est une source de préoccupation majeure en Irak.

Rédaction LNR

Rédaction LNR

Début avril dernier, l’un des plus grand site secret de la CIA, situé à Erbil au Kurdistan irakien a été pris pour cible pour la première fois par la Résistance irakienne qui venait d’attaquer aussi le siège du Mossad. Alors que les USA reconnaissent sans honte espionner ses alliés, la Resistance apportent de nouveaux éclaircissements sur cette double et spectaculaire opération. Le secrétaire général du mouvement Asaïb Ahl al-Haq, cheikh Qaïs al-Khazali, a révélé en ce mois de juin 2021 de nouveaux détails sur le centre d’espionnage israélien dans le nord de l’Irak. «Le Mossad a étendu silencieusement sa présence en Irak et œuvre pour provoquer la division au sein de la société irakienne». «La présence d’Israël, non seulement au Kurdistan mais aussi en Irak, est bien plus qu’il n’apparaît au premier regard. Erbil n’est pas la seule province affectée. Le Mossad planifie des assassinats.

Les Israéliens sont entrés en Irak via de pseudo organisations de la société civile et certaines entreprises en utilisant de faux passeports. Les Israéliens croient que la terre de Babylone (Irak) doit être détruite et son peuple anéanti ». Explique-t-il. Selon les récentes infos de The Jérusalem Post qui revient ainsi sur les attaques anti CIA et anti Mossad du mois d’avril : « Les Irakiens ont pu cibler un hangar secret de la CIA à l’aide d’un drone en avril. Cette attaque a touché un hangar à Erbil dans la région du Kurdistan irakien. Il s’agit d’une escalade majeure qui montre une planification minutieuse et un savoir-faire complexe des groupes qui se disent alliés de l’Iran. Cela signifie que les drones sont arrivés en Irak, pire, qu’ils en sont à recueillir des renseignements fort minutieux sur l’emplacement des sites les plus secrets US, site qui se trouvait en l’occurrence à l’intérieur d’une installation américaine bien protégée.

Comment ce drone avait réussi à cibler juste un immeuble parmi des centaines d’autres qui se trouvaient sur le site? L’attaque a été d’autant plus inquiétante que les bases américaines sont protégées par une sorte de système de défense particulier. Le chef du CentCom américain, Kenneth McKenzie, met en garde depuis un an déjà contre les menaces croissantes des drones dans la région. « Nous avons dépensé des milliards de dollars au ministère de la Défense pour des systèmes de contre-drones. Je crains que nous soyons toujours gravement menacés par ces engins », a-t-il déclaré au Sénat américain en mars 2020.Les États-Unis ont envoyé des missiles Patriot, des C-RAM et d’autres moyens de défense en Irak pour arrêter les missiles balistiques et les menaces de roquettes. L’armée américaine a également acquis deux batteries Dôme de fer qui peuvent être utilisées contre des drones.

Mais pas contre les derniers drones. Or, la menace évolutive des drones est une source de préoccupation majeure en Irak. Mais plus inquiétant que cette menace, c’est la totale défaite des unités de Renseignement US et israéliens en Irak où rien n’échappe à l’axe de la Résistance. Dans le cas de l’attaque contre le site de la CIA «le vol du drone a pu être suivi à moins de 10 miles du site, mais sa trajectoire a soudain été perdu effacé par celui d’un vol civile. Les Anti américains contrôlent-ils le ciel de l’Irak et ce sur le dos des Américains ? La Maison Blanche a été horrifiée par l’attaque de drone du 14 avril. L’installation était secrète et l’attaque était sophistiquée. L’attaque du 14 avril a été la première grande attaque de drones des milices pro-iraniennes en Irak.

Tout indique qu’elle ne sera pas la dernière. A-t-on fait savoir auprès des analystes militaires. Pour le Washington post a écrit que «L’attaque au drone contre un hangar situé à l’intérieur de la base militaire des États-Unis à Erbil revêt une importance toute particulière, car de telles bases sont équipées d’un bon système de défense antiaérienne, difficile à contourner» et d’ajouter «Tout laisse à penser que Le drone ayant frappé le hangar de la CIA pourrait être de type iranien Ababil ou Qassef que le Hamas appelle Shehab. Maintenant les États-Unis savent bel et bien que l’Iran est en train de collecter des informations à propos de leurs centres et bases secrets en Irak, d’autant plus qu’il a augmenté la précision de ses missiles et qu’il va bientôt optimiser ses drones », écrit le journal américain.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article