Le généticien Axel Kahn laisse la science en deuil

Publié le par La Nouvelle République par Elise Bellot Journaliste

Le médecin généticien et essayiste Axel Kahn, né en Indre-et-Loire, est décédé ce mardi à l’âge de 76 ans. Il luttait contre un cancer en stade très avancé.

Axel Kahn s’est éteint après plusieurs mois de lutte contre le cancer, pour lequel il luttait également en tant que scientifique. © (Photo AFP)

Axel Kahn s’est éteint après plusieurs mois de lutte contre le cancer, pour lequel il luttait également en tant que scientifique. © (Photo AFP)

En raison de l’aggravation de son état de santé, la Ligue contre le cancer avait annoncé le 11 mai que le Pr Kahn se retirait de la présidence de l’association, poste qu’il occupait depuis 2019 en tant que bénévole. Sa disparition, mardi, a été annoncée par le même organisme : « C’est avec tristesse et émotion que la Ligue contre le cancer vient d’apprendre le décès d’Axel Kahn », ont-ils indiqué sur leur Twitter.

Un scientifique émérite Depuis l’annonce de sa maladie, Axel Kahn s’exprimait dans les médias et sur son site internet en se surnommant « Axel le loup ». À l’approche de sa mort, il y partageait ses sentiments et sa bataille contre la maladie. « Je lutte contre le cancer et il se trouve que la patrouille m’a rattrapé : moi aussi, j’ai un cancer. […] Puisqu’il me reste un peu de temps, je vais essayer d’optimiser ce temps qui me reste », déclarait-il sur France Inter le 17 mai.

Né le 5 septembre 1944 en Touraine, fils du philosophe Jean Kahn-Dessertenne et frère du journaliste Jean-François Kahn, Axel Kahn était également père de quatre enfants.

En plus de son engagement dans la Ligue nationale contre le cancer, cet humaniste a occupé les postes de directeur de recherche à l’Inserm, de directeur de l’Institut Cochin et de président de l’université Paris Descartes. Spécialiste des maladies génétiques, il travaillait sur le cancer du foie et la thérapie génétique. En parallèle de ses activités de chercheur, il a exercé dans la médecine jusqu’en 1992, notamment à l’hôpital Beaujon, dans les Hauts-de-Seine.

Ses travaux et sa passion pour l’éthique et la philosophie ont fait l’objet de près de 600 articles dans des revues internationales et de nombreux ouvrages, écrits par sa plume, comme Et l’Homme dans tout ça ? (éditions Nil, 2000) ou plus récemment Et le bien dans tout ça ? (Stock, 2021), son trentième livre.

« Axel le loup souffrant est aussi un loup amoindri » Le 22 juin, il publiait sur son site internet le dernier article de sa chronique intitulée Chronique apaisée de la fin d’un itinéraire de vie. « Je sais qu’Axel le loup, qui se veut sage, peut en fait divaguer. Axel le loup souffrant est aussi un loup amoindri », écrivait-il, en signant la fin d’un triste compte à rebours.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article