Affaire Jubillar : cette drôle d'activité que Delphine Jubillar pratiquait la nuit

Publié le par Public par Lisa Ziane

Interrogée par nos consœurs de Femme Actuelle, l'avocate de Cédric Jubillar a évoqué le passe temps nocturne auquel Delphine Jubillar se serait adonnée le soir de sa disparition.

Capture d'écran France 2

Capture d'écran France 2

Le nom de Delphine Jubillar continue d’être sur toutes les lèvres. Disparue il y a plus de 8 mois, l’infirmière de 33 ans n’a donné aucun signe de vie depuis à l’exception d’une connexion WhatsApp entre minuit et deux heures du matin, la nuit de sa disparition. Une dernière trace numérique qui pourrait innocenter son mari, Cédric Jubillar. Considéré comme le suspect numéro un dans cette affaire et placé en détention provisoire pour "meurtre aggravé", le père de famille clame son innocence depuis le premier jour. Si certains semblent penser que l’artisan peintre aurait pu prendre le téléphone portable de sa femme pour se connecter à l’application, son avocate, Me Emmanuelle Franck a expliqué à nos consœurs de Femme Actuelle la raison pour laquelle cette hypothèse était impossible.

"Nous savons qu’à 0h11, il y a eu une connexion à WhatsApp. La facture détaillée du téléphone indique également un déclenchement de la caméra vidéo à 1h33", a rappelé l’avocate du prévenu. Et d’ajouter : "On sait que Delphine Jubillar avait changé les codes de son téléphone, et Cédric n’y avait pas accès, c’est établi dans le dossier. Même son amant le dit. Il n’aurait donc pas pu aller sur WhatsApp ou sur la caméra." Selon l’avocate, ces deux connexions jouent donc en la faveur de Cédric Jubillar et constituent même "des preuves de vie susceptibles de disculper" son client.

Par ailleurs, Me Emmanuelle Franck a rappelé que Delphine Jubillar était "insomniaque, les jours où elle ne travaillait pas de nuit à la clinique". Pour passer le temps, la jeune infirmière sortait donc se balader en pleine nuit pour admirer les étoiles. Un passe temps nocturne auquel elle se serait adonnée le soir de sa disparition.  "Je pense que c'est Delphine qui a déclenché la caméra pour aller voir les étoiles filantes, ce qu'elle avait déjà fait au mois d'août et la semaine avant", a supposé l'avocate de Cédric Jubillar.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article