Allemagne. Un ancien gardien de camp nazi, âgé de 100 ans, bientôt jugé

Publié le par Ouest-France avec Reuters

Un ancien gardien du camp de concentration nazi de Sachsenhausen, près de Berlin, sera jugé à l’automne 2021 en Allemagne, 76 ans après la fin de la Seconde guerre mondiale, rapporte dimanche 1er août le journal allemand « Welt am Sonntag ».

Le camp de concentration et d’extermination nazi d’Auschwitz Birkenau pendant la seconde guerre mondiale était le plus grand complexe concentrationnaire du Troisième Reich. Photo d’illustration. | FRANCK DUBRAY/OUEST FRANCE

Le camp de concentration et d’extermination nazi d’Auschwitz Birkenau pendant la seconde guerre mondiale était le plus grand complexe concentrationnaire du Troisième Reich. Photo d’illustration. | FRANCK DUBRAY/OUEST FRANCE

Le procès de cet ancien gardien du camp de concentration nazi doit commencer en octobre 2021. Selon le journal dominical allemand, Welt am Sonntag, le tribunal de district de Neuruppin, près de Berlin en Allemagne, a retenu contre ce dernier les accusations de complicité de meurtre sur 3 500 personnes.

L’accusé est aujourd’hui âgé de 100 ans

L’accusé, aujourd’hui âgé de 100 ans, devrait être en mesure de supporter deux heures à deux heures et demie d’audience par jour, a précisé au journal un porte-parole du tribunal. Ce dernier n’était pas disponible dans l’immédiat pour faire un commentaire.

L’accusé, dont le nom n’a pas été rendu public conformément aux règles en vigueur dans les médias allemands sur l’identité des suspects, aurait travaillé entre 1942 et 1945 dans le camp où 200 000 personnes ont été emprisonnées, et 20 000 assassinées.

Bien que le nombre de responsables des crimes nazis ne cesse de diminuer avec le temps, les magistrats tentent toujours de traduire en justice tout individu soupçonné d’avoir participé aux horreurs de la seconde guerre mondiale.

La première condamnation en 2011 d’une personne ayant travaillé dans un camp de concentration a fait jurisprudence, ouvrant la voie à d’autres procédures puisqu’une telle fonction est désormais passible de poursuites, sans que la preuve d’un crime spécifique soit apportée.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article