Étienne Mougeotte, figure de la presse et de l'audiovisuel français, est mort

Publié le par Le HuffPost par Jade Toussay avec AFP

Ancien numéro 2 de TF1, Etienne Mougeotte avait aussi dirigé Europe1 dont il avait fait le succès.

Eric Gaillard via Reuters Étienne Mougeotte, figure de la presse et de l'audiovisuel français, est mort

Eric Gaillard via Reuters Étienne Mougeotte, figure de la presse et de l'audiovisuel français, est mort

DÉCÈS - Étienne Mougeotte, figure de la presse et de l’audiovisuel français, est mort ce jeudi 7 octobre à l’âge de 81 ans, rapportent Europe1 et Le Monde en citant son entourage. 

Étienne Mougeotte “est décédé cet après-midi” à l’hôpital des suites d’une maladie, a précisé Francis Morel, ami proche de la famille et de l’ancien dirigeant de TF1.

Né dans un milieu modeste en mars 1940 à La Rochefoucauld en Charente, Étienne Mougeotte a été une figure marquante du paysage médiatique français et est passé par de multiples rédactions. 

Après un début de carrière dans la presse régionale en 1965 à Paris Normandie, Étienne Mougeotte fait ses premiers pas à la radio chez France Inter comme reporter, puis correspondant à Beyrouth. Il continuera dans cette voie un an plus tard en intégrant une première fois Europe1, avant de se rediriger vers la télévision. 

La patte Mougeotte à Europe 1 et TF1

En 1974, il retourne à Europe1. Ce sera le début d’une histoire de sept ans, au cours desquels il contribuera à faire le succès de la radio. “C’était le prototype-même d’un journaliste avec un flair exceptionnel. Nous avons été pour une large part influencés par lui et dans notre métier et sur le plan de la vie tout court. C’est toute une histoire, une histoire à succès, qui disparaît avec lui”, a salué Charles Villeneuve, une des voix d’Europe 1.

De la radio, Étienne Mougeotte retournera ensuite à la presse écrite - avec un bref passage à la télévision sur Antenne 2 où il annonce l’élection de François Mitterand, aux côtés d’un Jean-Pierre en 1981. 

La même année, Jean-Luc Lagardère lui confie la direction du Journal du Dimanche, dont il parviendra à redresser les ventes. Un exploit qu’il réitère pour le magazine Télé-7jours. 

Son aventure à TF1 commence en 1987. Après avoir épaulé Jean-Luc Lagardère, candidat malheureux à la privatisation de TF1, il se fait remarquer par Francis Bouygues qui l’embauchera comme directeur d’antenne de la première chaîne.

Il y restera 20 ans, vice-président aux côtés de Patrick Le Lay. Le succès actuel de la chaîne lui est en partie attribué, en raison de la diversité des programmes et des figures médiatiques qu’il a contribué à y amener. La chaîne s’installe rapidement comme leader incontesté de la télévision en France et fait figure d’exception en Europe. 

Parmi ses dernières aventures professionnelles: la tête des rédactions du Figaro de 2008 à 2012, avant de diriger la même année la station Radio Classique où il restera jusqu’en mars 2018 et la présidence depuis 2015 du groupe de presse Valmonde, propriétaire de l’hebdomadaire Valeurs actuelles. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article