Jean-Paul Belmondo : rendez-vous manqué avec Hollywood

Publié le par La Presse par Francois Becker Agence France-Presse

(Paris) Jean-Paul Belmondo caressant ses lèvres face à un portrait d’Humphrey Bogart : ce plan inoubliable d’À bout de souffle est trompeur, la vedette française n’ayant jamais eu la carrière hollywoodienne qu’on aurait pu imaginer.

PHOTO ARCHIVES RIALTO PICTURES/STUDIOCANAL, NYT  Jean Seberg et Jean-Paul Belmondo dans À bout de souffle de Jean-Luc Godard.

PHOTO ARCHIVES RIALTO PICTURES/STUDIOCANAL, NYT Jean Seberg et Jean-Paul Belmondo dans À bout de souffle de Jean-Luc Godard.

Bébel n’est pas un inconnu aux États-Unis, ses rôles dans les films de Godard ayant marqué des générations de cinéastes.

Pour preuve son adoubement il y a huit ans par le réalisateur Quentin Tarantino, sur la scène du Festival Lumière, à Lyon : Belmondo est un acteur « qui représente la vitalité, le charisme, une force de la nature, la super-coolitude », et dont l’affiche a figuré pendant 20 ans dans la chambre « de tous les collégiens et les cinéphiles », loue le cinéaste.

Après la mort de Belmondo, la bible du cinéma américain, le Hollywood Reporter, a même écrit qu’il était vu comme « un mélange entre Humphrey Bogart et James Dean », dont la prestation dans À bout de souffle a ouvert la voie à « des vedettes au look de tous les jours, comme De Niro, Pacino ou (Dustin) Hoffman ».

Pourtant, malgré sa présence à l’écran digne des plus grands, Belmondo n’a jamais transformé l’essai à Hollywood.

Ursula Andress

Au milieu des années 1960, celui qui a déjà un rythme de tournage effréné, avec quatre ou cinq films par an, vit une idylle avec Ursula Andress, actrice suisse qui a accédé à la célébrité dans son rôle de James Bond Girl sortant de l’eau, dans 007 contre Dr No.

Cette dernière l’emmène aux États-Unis, où elle lui présente ses amis et connaissances, rappelle à l’AFP Guillaume Evin, auteur de Belmondo, le livre tac tac badaboum.

La vedette française rencontrera Warren Beatty, Dean Martin, Frank Sinatra, Barbra Streisand ou encore Kirk Douglas.

En 1966, il partage l’affiche d’une grosse production franco-américaine de la Paramount, Paris brûle-t-il ?, de René Clément, avec Leslie Caron et Charles Boyer.

Puis, en 1967, il apparaît dans une parodie de James Bond, Casino Royale, avec Ursula Andress, dans lequel il joue un rôle de légionnaire français.

Le compagnonnage de Belmondo avec Hollywood n’ira pas plus loin. « Il a aimé voir cet Hollywood de paillettes. Il était invité aux fêtes, il avait son air décontracté, mais en fait ça ne l’a pas emballé plus que ça », explique Guillaume Evin.

Belmondo aurait probablement été cantonné à des rôles clichés, ajoute-t-il — à l’image de sa prestation dans Casino Royale, moustache, képi tricolore sur la tête et accent à couper au couteau.

Second couteau

« On peut s’étonner qu’un acteur de l’envergure de Belmondo n’ait pas tenté sa chance. Il a été sollicité (par Hollywood) dans les années 1960, mais il a toujours refusé. Pour lui, il valait mieux être roi en France, que second couteau ailleurs ».

« Toute une génération d’acteurs français n’avait pas besoin d’aller aux États-Unis. L’industrie du cinéma français était florissante, du côté artistique comme du côté des films populaires. Les acteurs comme Belmondo avaient assez à faire », confirme le critique britannique Jonathan Romney.

Quant à Hollywood, l’industrie n’était pas forcément alors en quête de talents français, mais plutôt, à la limite, d’accents italiens.

Autre idole de sa génération, Brigitte Bardot a vu sa notoriété exploser aux États-Unis dès ses débuts avec le film de Roger Vadim Et Dieu créa la femme…, avant de se concentrer sur le cinéma français tandis que Delon a fait une courte carrière hollywoodienne.

Rien à voir avec le parcours, des décennies plus tard, d’une actrice française comme Marion Cotillard, Oscar en 2008 pour La vie en rose, qui a percé à Hollywood, au point d’y trouver parfois une reconnaissance plus importante qu’en France.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article