Le premier parachutiste israélien inhumé en Israël, 73 ans après sa mort

Publié le par The Times of Israël

Survivant d'Auschwitz, Martin Davidovich avait été tué en 1948 en Tchécoslovaquie pendant un exercice des volontaires Juifs qui devaient partir en Israël et rejoindre l'armée

Martin Davidovich (Autorisation)

Martin Davidovich (Autorisation)

La dépouille de Martin Davidovich – l’homme qui, selon l’armée israélienne, a été le tout premier parachutiste israélien à être mort au combat – devrait être ramenée au sein de l’État juif cette semaine pour y être inhumée, 73 ans après sa disparition lors d’un accident survenu au cours d’un exercice militaire en Tchécoslovaquie.

Une délégation du ministère de la Défense et de Tsahal va faire le déplacement à Prague, dimanche, et elle ramènera le corps du soldat en Israël où il sera enterré.

Davidovich était né en 1927 à Częstochowa, en Tchécoslovaquie.

La dépouille de Martin Davidovich – l’homme qui, selon l’armée israélienne, a été le tout premier parachutiste israélien à être mort au combat – devrait être ramenée au sein de l’État juif cette semaine pour y être inhumée, 73 ans après sa disparition lors d’un accident survenu au cours d’un exercice militaire en Tchécoslovaquie.

Une délégation du ministère de la Défense et de Tsahal va faire le déplacement à Prague, dimanche, et elle ramènera le corps du soldat en Israël où il sera enterré.

Davidovich était né en 1927 à Częstochowa, en Tchécoslovaquie.

Il avait été actif au sein du mouvement de jeunes Hashomer Hatzair jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, pendant laquelle il avait été déporté à Auschwitz au mois d’avril 1944 puis au camp de concentration de Mauthausen. Une grande partie de sa famille avait été exterminée pendant la Shoah.

Après la guerre, Davidovich était reparti en Tchécoslovaquie et il avait rejoint la brigade tchèque, une unité militaire qui avait été établie pour former de futurs soldats pour l’État d’Israël.

Selon le musée des soldats juifs pendant la Seconde Guerre mondiale Chaim Herzog , cette brigade avait été créée au mois de juillet 1948. Les volontaires juifs avaient été entraînés par l’armée tchèque en coordination avec des responsables israéliens.

« L’idée, à la base, avait été d’établir une force militaire constituée de volontaires juifs, formés en Tchécoslovaquie, qui allaient émigrer ensuite en Israël et qui allaient aider à construire l’armée en devenant une force de combat en son sein », note le musée.

Photo d’illustration : Des parachutistes pendant un exercice dans le centre d’Israël, le 19 février 2014. (Crédit : Porte-parole de l’armée israélienne/Flickr)

Photo d’illustration : Des parachutistes pendant un exercice dans le centre d’Israël, le 19 février 2014. (Crédit : Porte-parole de l’armée israélienne/Flickr)

Selon des témoignages de l’époque, Davidovich avait été tué pendant un exercice, au mois d’août 1948, consistant à prendre le contrôle d’un poste de garde.

L’officier tchèque qui gardait le poste avait ouvert le feu sur Davidovich qui avait été mortellement blessé à la tête. Le militaire avait affirmé qu’il pensait que son arme était déchargée. Il avait écopé d’une suspension de 24 heures.

Au moment de sa mort, Davidovich n’avait que 21 ans.

Même si le jeune homme n’aura jamais officiellement servi au sein de l’armée israélienne, il avait suivi les entraînements nécessaires pour l’intégrer et son nom avait été mentionné dans un rapport soumis à l’époque aux autorités de l’État juif par les instructeurs des unités parachutistes.

Tsahal avait décidé en conséquence de le reconnaître officiellement comme soldat tombé au combat en 2001.

Mercredi, les parachutistes israéliens rejoindront la délégation et prendront en charge le cercueil ramenant la dépouille de Davidovich en Israël.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article