Les actionnaires de Calgon et Reckitt Benckiser admettent le soutien à Hitler de leurs aïeux

Publié le par Capital par Frédéric Sergeur

La famille Reimann, la deuxième plus riche d’Allemagne, avait missionné un historien pour mener une étude sur le lien entre certains de ses membres et le nazisme.

 Bloomberg / Getty Images

Bloomberg / Getty Images

C’est un coup de tonnerre en Allemagne. La famille Reimann, l’une des plus respectées et la deuxième plus riche du pays avec une fortune estimée à 33 milliards d’euros, a eu des liens avec le régime nazi et Adolf Hitler dans les années 1930-1940. C’est ce que révèle le Bild am Sonntag, en s’appuyant sur des documents d’époque. Une information confirmée par la famille, qui devrait révéler certains documents compromettants dans la semaine.

La famille Reimann est à la tête de JAB Holding, une société financière fondée en 1828 qui possède notamment Reckitt Benckiser, numéro 1 mondial des produits d’entretien ménager (Calgon, Vanish, Air Wick, Destop…) ou la chaîne de restauration Prêt à manger. Elle a missionné un historien en 2014 pour connaître les éventuels liens entre le régime nazi et certains membres de la famille. Mais le journal Bild a été plus rapide à dévoiler ces liens.

 Un don de 10 millions d’euros à une organisation

Donateur d’Adolf Hitler dès 1931, Albert Reimann senior a notamment eu recours en 1941 à des travailleurs forcés, battus par un contremaître, dans son usine qui fournissait l’armée allemande en armes. Un historien interrogé par Bild a affirmé : "Le père et le fils Reimann n'étaient pas des opportunistes politiques, mais des nationalistes socialistes convaincus". "Nous avons honte. Il n’y a rien à passer sous silence. Ces crimes sont dégoûtants", a confié Peter Harf, porte-parole de JAB Holding, ajoutant : "Reimann senior et Reimann junior étaient coupables. Les deux entrepreneurs sont morts mais leur place serait en prison".

Les travailleurs forcés n’ont jamais été dédommagés par la famille Reimann, qui compte bien remédier à cela, a fait savoir Peter Harf : "Nous voulons faire plus et donner 10 millions d’euros à une organisation appropriée". La famille doit également publier un livre révélant les liens de ses aïeux avec le régime nazi prochainement.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article