Dean Stockwell, figure de « Code Quantum », est mort, annonce la presse américaine

Publié le par Le Monde

L’acteur américain, qui a également joué dans « Dune », « Blue Velvet » et « Paris, Texas » et remporté deux prix d’interprétation à Cannes, est mort dimanche à l’âge de 85 ans.

Dean Stockwell, figure de « Code Quantum », est mort, annonce la presse américaine

L’acteur américain Dean Stockwell, connu pour son rôle de l’amiral Al Calavicci dans la série Code Quantum, est mort dimanche 7 novembre, à l’âge de 85 ans, a indiqué sa famille à Deadline, confirmant une information de TMZ. Le comédien s’est éteint dans son sommeil à son domicile, a précisé son entourage au magazine Variety.

Surtout connu en France pour son rôle d’hologramme caustique aux côtés de Scott Bakula dans la série diffusée sur M6 dans les années 1990, Dean Stockwell avait déjà une longue carrière cinématographique derrière lui. Il a notamment obtenu une nomination aux Oscars du meilleur second rôle en 1988 pour Veuve mais pas trop, de Jonathan Demme, et a également joué dans de grands films comme Dune et Blue Velvet, de David Lynch, et Paris, Texas, de Wim Wenders.

Né le 5 mars 1936 à Hollywood, le comédien a fait ses débuts au cinéma à l’âge de 7 ans. Il incarne le fils de Gregory Peck dans Le Mur invisible, le Kim de Rudyard Kipling dans le film du même nom de Victor Saville, le jeune Peter dans Le Garçon aux cheveux verts de Joseph Losey. A 16 ans, avec plus de vingt films à son actif, il laisse tout tomber et court les routes pendant cinq ans.

Dean Stockwell revient au métier en 1957. Il joue notamment dans Amants et fils, Le Génie du mal – pour lequel il obtient en 1959 le prix d’interprétation masculine au Festival de Cannes partagé avec Bradford Dillman et Orson Welles – et Long Voyage vers la nuit – prix d’interprétation masculine au Festival de Cannes partagé avec Jason Robards et Ralph Richardson en 1962.

En 1985, il tourne dans Police fédérale Los Angeles, de William Friedkin, et en 1986 dans Blue Velvet, de David Lynch – c’est lui qui, au cours d’une soirée de cauchemar glauque, chante en play-back sur un disque de Roy Orbinson, en s’éclairant lui-même avec une lampe à pied…

Il enchaîne sur les Jardins de pierre, de Francis Ford Coppola, Le Flic de Beverly Hills 2, de Tony Scott, puis Tucker, toujours avec Coppola. Sa popularité s’est encore accrue à la télévision lorsqu’il a rejoint le casting de Battlestar Galactica en 2006.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article