La Russie « paierait cher » une invasion de l’Ukraine, avertit Kiev

Publié le par La Presse avec Agence France-Presse

(Kiev) L’Ukraine a mis en garde jeudi la Russie contre toute tentative d’invasion de son territoire, qu’elle « paierait cher », au moment où les pays occidentaux s’inquiètent des mouvements de troupes russes à la frontière. 

PHOTO GEERT VANDEN WIJNGAERT, ASSOCIATED PRESS  « Nous ne cherchons pas à deviner ce que (Vladimir) Poutine a en tête. Nous essayons de lui faire comprendre qu’une nouvelle attaque contre l’Ukraine se paierait trop cher », a déclaré le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba (photo).

PHOTO GEERT VANDEN WIJNGAERT, ASSOCIATED PRESS « Nous ne cherchons pas à deviner ce que (Vladimir) Poutine a en tête. Nous essayons de lui faire comprendre qu’une nouvelle attaque contre l’Ukraine se paierait trop cher », a déclaré le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba (photo).

« Nous ne cherchons pas à deviner ce que (Vladimir) Poutine a en tête. Nous essayons de lui faire comprendre qu’une nouvelle attaque contre l’Ukraine se paierait trop cher », a déclaré le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba.

« Moscou doit comprendre clairement quelles pertes politiques, économiques et humaines il subira » en cas d’agression, a ajouté M. Kouleba, lors d’un point presse. « Voilà pourquoi il vaut mieux pour lui qu’il ne le fasse pas », a-t-il conclu.

Ces dernières semaines, les États-Unis, l’OTAN et l’Union européenne n’ont cessé d’exprimer leur inquiétude concernant des mouvements de troupes russes autour de l’Ukraine, craignant une éventuelle invasion, Moscou niant tout projet en ce sens.  

L’est de l’Ukraine est en proie depuis 2014 à une guerre entre Kiev et des séparatistes prorusses, qui a éclaté peu après l’annexion de la Crimée par Moscou et fait depuis plus de 13 000 morts.  

Malgré ses dénégations, la Russie est considérée comme le parrain des séparatistes prorusses et est accusée de leur fournir des hommes et de l’armement.  

A l’inverse, Moscou accuse les Occidentaux de mener des exercices menaçants à ses frontières, notamment avec des bombardiers stratégiques, et d’aggraver les tensions en livrant des armes à Kiev.

Mercredi, le président russe Vladimir Poutine a accusé Kiev de provocations sur la ligne de front dans l’est de l’Ukraine, lors d’un entretien téléphonique avec le président du Conseil européen, Charles Michel. 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article