Affaire Delphine Jubillar - Un an après, le mystère entoure toujours la disparition de l'infirmière

Publié le par L'Indépendant par Stéphane Sicard

C'est dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020 que Delphine Jubillar a disparu de son domicile de Cagnac-les-Mines près d'Albi (Tarn). Depuis le 18 juin dernier, son mari, Cédric Jubillar est incarcéré pour meurtre sur conjoint. Mais sans aveux, ni corps, ni arme du crime, l'enquête semble patiner...

Delphine Jubillar a disparu dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020. / Facebook

Delphine Jubillar a disparu dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020. / Facebook

Il y a un an jour pour jour, Delphine Jubillar disparaissait. Cette infirmière âgée de 33 ans, mère de deux enfants, s'est volatilisée dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020 sans laisser de traces. Une affaire qui a, rapidement, connu un grand retentissement médiatique quelques jours après la fin du procès de Jonathan Daval reconnu coupable du meurtre de sa femme Alexia. Dans l'opinion, le lien entre les deux affaires a rapidement été fait. A tort ou à raison? L'enquête doit encore le dire. 

Celle-ci se trouve toujours dans l'impasse, un an après. Sans corps, ni aveux ou scène de crime, son mari Cédric Jubillar a été mis en examen pour le meurtre de sa femme, avant d'être placé en détention provisioire dans la foulée. Mais les zones d'ombre sont nombreuses. Chronologie d'une enquête qui piétine. 

Une mère de famille disparaît

Réveillé par sa petite fille Elyah peu avant 4 heures du matin, Cédric Jubillar constate la disparition de sa femme. Il aurait passé plusieurs coups de téléphone aux amies de sa femme avant de signaler les faits à la gendarmerie. Les forces de l'ordre lance nt alors un appel à témoin pour retrouver "Delphine Aussaguel épouse Jubillar" tel que l'indique le premier avis de recherche diffusé sur les réseaux sociaux.

Selon son mari, Delphine serait sortie promener les chiens dans la soirée et ne serait jamais rentrée à leur domicile de Cagnac-les-Mines. Les chiens, eux, seraient revenus rapidement au domicile. Une version des faits malmenée par plusieurs témoignages. Alors que personne ne sait réellement ce qui s'est passé entre 23 heures et 4 heures du matin dans la nuit du 15 au 16 décembre.

Une information judiciaire rapidement ouverte

Alors que d'importants dispositifs de recherches sont mis en oeuvre pour retrouver Delphine Jubillar, les amies de l'infirmière lancent des appels sur les réseaux sociaux pour organiser des battues. Dans un premier temps, le parquet d'Albi avait ouvert une enquête pour "disparition inquiétante". Mais le 23 décembre, une information judiciaire pour "arrestation, enlèvement, détention ou séquestration" est ouverte. L'enquête est confiée à deux juges d'instruction de Toulouse.

Les premiers éléments sur la situation du couple, en instance de divorce, commencent à filtrer. La maison des Jubillar est perquisitionnée et Cédric Jubillar auditionné à deux reprises. Il participe à une battue citoyenne réunissant un millier de personnes. Son attitude détâchée et méfiante vis-à-vis des médias laisse perplexe.

Le rebondissement du 18 juin

Au printemps, alors qu'il s'affiche sur les réseaux sociaux aux côtés d'une nouvelle compagne, Cédric Jubillar est sous la pression des juges d'instruction. Il est entendu en qualité de partie civile le 30 avril avant de participer à une marche blanche en l'honneur de sa femme disparue le 12 juin. Mais quatre jours plus tard, sa mère, son beau-père et lui-même sont placés en garde à vue. Au final, le 18 juin, Cédric Jubillar est mis en examen pour homicide volontaire et écroué.

Selon le procureur de la République, le "contexte de séparation était très conflictuel" et Cédric Jubillar est décrit comme "intrusif" mais aussi "brutal et agressif" alors qu'il avait découvert que sa femme entretenait une relation amoureuse. Selon leur fils aîné âgé de 6 ans, une violente dispute aurait eu lieu le soir du 15 décembre entre le couple.

Autre élément troublant, à l'arrivée des gendarmes, le 16 décembre vers 4h50, Cédric Jubillar était en train de faire tourner une machine à laver avec la couette de sa femme à l'intérieur. Il n'est pas sorti de prison depuis.

Pas de preuves mais toutes les demandes de remise en liberté rejetées

Plusieurs fois depuis ce 18 juin, les avocats de Cédric Jubillar ont déposé des demandes de remise en liberté. Mais à chaque fois, la justice a refusé. Il a été entendu à deux reprises depuis son incarcération. Il s'estime détenu abusivement et continue à clamer son innocence alors que son fils a été auditionné une deuxième fois fin novembre.

L'enquête, elle, piétine toujours. En octobre, de nouvelles recherches ont été organisées dans des cavités souterraines pour tenter de retrouver le corps de l'infirmière de 33 ans. En vain. Un an après les derniers signes de vie envoyés par Delphine Jubillar, le mystère reste toujours aussi épais.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article