Disparition de Delphine Jubillar : quand son mari Cédric se vantait d'avoir "commis le crime parfait"

Publié le par L'Indépendant par Nicolas Monnet

Le compte rendu d'une écoute téléphonique enregistrée sur le portable de la jeune sœur de Cédric Jubillar suscite l'interrogation.

Disparition de Delphine Jubillar : quand son mari Cédric se vantait d'avoir "commis le crime parfait"

Près d'un an jour pour jour après sa disparition, dans la nuit du 15 au 16 décembre, l'enquête sur la disparition de Delphine Jubillar à Cagnac-les-Mines, dans le Tarn, piétine toujours.

Un élément du dossier, révélé ce lundi par BFMTV, vient jeter le trouble et semble accabler le mari de l'infirmière disparue, mis en examen pour meurtre par conjoint et incarcéré depuis le 18 juin dernier.

Le trouble arrive par la jeune sœur du principal suspect aux yeux des enquêteurs. Alors que son frère n'est pas encore inquiété par la justice, le portable de cette jeune fille de 16 ans est placé sur écoute par les enquêteurs. Ce 16 mai 2021, selon le document sonore dont la teneur est confirmée à La Dépêche du Midi, elle termine une discussion avec son petit ami, mais oublie de raccrocher.

"Si on t'embête, dis que tu as un meurtrier parfait dans ta famille"

Une conversation débute alors entre elle et son grand frère, présent à ses côtés. Le début de leurs propos est inaudible, mais les enquêteurs réussissent à comprendre la suite de leur échange qui tourne autour des ennuis que la jeune fille rencontre au lycée. Son grand frère lui donne des conseils pour se défendre.

"Si on t'embête, dis que tu as un meurtrier parfait dans ta famille", lance-t-il. "Enola, de toi à moi, je suis le meurtrier parfait pour l'instant, n'oublie pas que j'ai commis le crime parfait", dit Cédric à sa jeune sœur.

Interrogée un mois plus tard par les gendarmes sur cette discussion, la jeune fille évoque "une rigolade, un délire" avec son frère. Trois jours plus tard, Cédric Jubillar est mis en examen et écroué.

"S'il l'a lestée... je me mets à la place de celui qui a fait ça"

À l’époque, le mari de l'infirmière de 33 ans portée disparue se sait suspect et joue de dérision. Ce n'est pas la première fois qu'il tient des propos ambigus, parfois sous le couvert de l'humour.

Le 21 mars 2021, au cours d'une battue à Cagnac-les-Mines, il se met dans la peau d'un meurtrier potentiel et lâche à une participante : "s'il l'a lestée... je me mets à la place de celui qui a fait ça". "Je tue quelqu'un, poursuit Cédric Jubillar, je le fous dans un lac, je lui ouvre le bide et je lui mets des pierres dedans".

Peu de temps avant la conversation enregistrée avec sa petite sœur, le plaquiste de 33 ans, avait affirmé à un proche, sur le ton de la plaisanterie, avoir laissé le corps de sa femme dans "la ferme qui a brûlé". Une déclaration qui avait troublé les enquêteurs dans la mesure où un bâtiment agricole venait tout juste d'être détruit par un incendie, à Cagnac-les-Mines.

Maintenu en détention provisoire depuis le 18 juin dernier, malgré plusieurs demandes de remise en liberté dont une est toujours en cours, Cédric Jubillar reste présumé innocent.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article