Justice : Claude Guéant incarcéré à la prison de la Santé

Publié le par franceinfo par D. Schlienger, J. Vitaline, A. Gaucher, H. Pozzo, P. Goldmann - franceinfo France Télévisions

Déjà condamné dans l’affaire des primes de cabinet versées entre 2002 et 2004, Claude Guéant, ancien ministre de l’Intérieur de Nicolas Sarkozy, purgeait sa peine en liberté conditionnelle. Cependant, le juge a considéré qu’il tardait à rembourser son amende et les dommages et intérêts qu’il devait.

Justice : Claude Guéant incarcéré à la prison de la Santé

Ancien ministre de l'Intérieur et secrétaire général de l’Élysée, il était le bras droit de Nicolas Sarkozy. Lundi 13 décembre, Claude Géant a été incarcéré à la prison de la Santé (Paris). La justice considère qu’il ne rembourse pas suffisamment vite la somme de 180 000 euros qu’il a été condamné à verser. Son avocat, Me Philippe Bouchez El Ghozi, proteste : "Il n’a pas cet argent et il l’a expliqué à la justice et donc on ne peut pas payer ce qu’on n’a pas. Il a vendu quelques biens immobiliers. Cet argent-là a servi à aider ses deux enfants qui étaient en grande difficulté financière."

15 000 euros restent à payer

Entre 2002 et 2004, Claude Guéant est le directeur de cabinet de Sarkozy au ministère de l'Intérieur. Il prend l’argent destiné aux frais d’enquête de la police pour se donner à lui et à ses collaborateurs un complément de salaire, ce qui est illégal. En 2017, il est condamné à deux ans de prison dont un ferme pour détournement de fonds publics et à une amende de 180 000 euros. Il doit, aujourd’hui encore, s’acquitter de 115 000 euros. Le juge considère qu’il n’a pas respecté ses obligations dans les temps et a placé l’ancien ministre en détention pour neuf mois. Mais les déboires judiciaires de Claude Guéant ne sont pas encore terminés, puisqu’il est aussi mis en cause dans l’affaire dite des "sondages de l’Élysée", dans laquelle le parquet a requis un an de prison ferme à son encontre.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article