Crise en Ukraine : des eurodéputés vont se rendre sur place pour retirer "le pistolet sur la tempe" des Ukrainiens

Publié le par franceinfo Radio France

Invitée samedi 29 janvier sur franceinfo, Nathalie Loiseau, eurodéputée LREM, présidente de la sous-commission "Sécurité et Défense" a indiqué se rendre en Ukraine avec la commission des Affaires étrangères de l'Union européenne, du 30 janvier au 2 février.

Nathalie Loiseau, eurodéputée LREM, lors d'une session plénière du Parlement européen à Bruxelles (Belgique) le 17 juin 2020 (JOHN THYS / AFP)

Nathalie Loiseau, eurodéputée LREM, lors d'une session plénière du Parlement européen à Bruxelles (Belgique) le 17 juin 2020 (JOHN THYS / AFP)

"Nous sommes décidés à apporter un message de solidarité aux Ukrainiens, un message d'unité des Européens", a expliqué sur franceinfo Nathalie Loiseau. L'eurodéputée LREM a estimé que la crise actuelle "est sérieuse, elle est grave, il y a plus de 100 000 militaires russes massés à la frontière ukrainienne. Nous sommes décidés à promouvoir le dialogue, avec fermeté, et à faire pression pour que l'Ukraine ne soit plus avec le pistolet sur la tempe comme elle l'est aujourd'hui", a-t-elle poursuivi.

Cette délégation du Parlement européen a prévu de réaliser des entretiens "officiels et non officiels", mais aussi "des visites de terrain" à destination de l'opinion publique ukrainienne, "confrontée à des déversements de désinformation d'origine russe".

Il s'agit, selon Nathalie Loiseau, de "faire savoir [aux Ukrainiens] que nous sommes à leurs côtés, leur démontrer par notre présence que l'Union européenne est peut-être divisée par temps calme, mais que dans les crises, elle se retrouve et elle se rassemble". "Les Ukrainiens l'ont très bien dit, ils ne veulent pas d'escalade, ils veulent des gens qui les aident à retrouver le chemin de la diplomatie, le chemin du retour au calme, nous sommes là pour y contribuer", a ajouté l'eurodéputée.

"Dialoguer, oui, montrer sa fermeté, aussi", a-t-elle résumé, convaincue qu'il faut "rassurer les pays de l'UE frontaliers de l'Ukraine qui sont légitimement inquiets". "Nous y allons pleinement conscient de la gravité de la situation et en capacité de remplir notre mission sans difficulté", a assuré Nathalie Loiseau. "Nous sommes prêts à des sanctions sans précédent pour faire réfléchir Vladimir Poutine", a-t-elle conclu.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article