Disparition de Delphine Jubillar : la zone des fouilles élargie vers le fond d'un vallon

Publié le par franceinfo avec AFP France Télévisions

Son mari Cédric Jubillar, mis en examen pour meurtre, est incarcéré à la maison d'arrêt de Seysses, près de Toulouse, depuis son arrestation en juin 2020.

Des gendarmes bloquent la route menant à une ferme abandonnée où des fouilles sont menées pour retrouver le corps de Delphine Jubillar à Cagnac-les-Mines (Tarn), le 18 janvier 2002. (FRED SCHEIBER / AFP)

Des gendarmes bloquent la route menant à une ferme abandonnée où des fouilles sont menées pour retrouver le corps de Delphine Jubillar à Cagnac-les-Mines (Tarn), le 18 janvier 2002. (FRED SCHEIBER / AFP)

Ils cherchent sans relâche. Au troisième jour de vastes fouilles pour retrouver le corps de Delphine Jubillar, disparue depuis plus d'un an dans le Tarn, la zone de recherche a été élargie mercredi 19 janvier, a constaté un correspondant de l'AFP sur place. La quasi-totalité des arbustes de la zone ratissée a été abattue, selon le journaliste présent sur ce site proche de Cagnac-les-Mines, où habitaient l'infirmière de 33 ans et sa famille. Son mari Cédric Jubillar, mis en examen pour meurtre, est incarcéré à la maison d'arrêt de Seysses, près de Toulouse, depuis son arrestation en juin 2020.

Le secteur d'une ferme incendiée

"Il y a eu une importante préparation du terrain. Le secteur ciblé a été débroussaillé avant le passage des chiens", a précisé à l'AFP une source proche de l'enquête. "Aujourd'hui, c'est au tour d'une équipe spécialisée avec des engins de détection, radars géodésiques et détecteurs de métaux qui participent aux fouilles", a-t-elle ajouté.

Une zone située en contrebas d'une ferme et proche d'un chemin a été ratissée. Le secteur, déjà fouillé en partie dans les semaines ayant suivi la disparition de Delphine Jubillar, a à nouveau retenu l'attention des enquêteurs après des déclarations d'un détenu d'une cellule voisine de celle de son mari. Il affirme que Cédric Jubillar lui a confié avoir enterré le corps dans la ferme, qui a brûlé depuis. L'un des avocats des proches de Delphine Jubillar, Philippe Pressecq, croit peu à cette hypothèse, considérant que le peintre plaquiste "manipule tout le monde depuis le début".

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article