Etats-Unis : Joe Biden est prêt à changer les règles du Sénat américain pour pouvoir réformer le droit de vote des minorités

Publié le par franceinfo avec AFP France Télévisions

"J'en ai assez d'être silencieux" face au blocage par l'opposition républicaine de deux projets de réforme électorale cruciaux, a lancé le président américain, mardi lors d'un déplacement très symbolique à Atlanta.

Joe Biden à Atlanta (Etats-Unis), le 11 janvier 2022. (JIM WATSON / AFP)

Joe Biden à Atlanta (Etats-Unis), le 11 janvier 2022. (JIM WATSON / AFP)

Le déplacement, sur les terres de Martin Luther King, est symboliquement lourd et politiquement explosif. Joe Biden est arrivé mardi 11 janvier dans l'Etat de Géorgie pour promettre de protéger à tout prix l'exercice du droit de vote des Afro-Américains, menacé dans de nombreux Etats conservateurs du sud du pays. C'est dans ce contexte que le président des Etats-Unis a déclaré qu'il soutiendrait, s'il le faut, un changement à haut risque des règles du Sénat "pour empêcher une minorité de sénateurs de bloquer" la vaste réforme de l'administration démocrate sur le droit de vote des minorités.

"J'en ai assez d'être silencieux" face au blocage par l'opposition républicaine de deux projets de réforme électorale cruciaux, s'est emporté le président américain depuis Atlanta, parlant d'un "tournant dans l'histoire américaine" et assurant que "chaque membre du Sénat serait jugé par l'Histoire". De son côté, la vice-présidente américaine, Kamala Harris, avait mis en garde auparavant contre toute "complaisance" ou "complicité" face aux lois électorales décidées ou planifiées dans plusieurs Etats conservateurs du Sud.

Contourner la règle "filibuster"

Ces législations dans des Etats républicains sont accusées par les associations de défense des droits civiques de compliquer l'accès aux urnes des minorités, considérées comme votant traditionnellement pour les candidats démocrates, tout en renforçant l'emprise des autorités locales sur les opérations de vote. Pour les contrer, les démocrates veulent donc adopter deux textes de loi harmonisant les conditions d'exercice du droit de vote aux Etats-Unis.

Mais ils butent sur une règle du Sénat, dite "filibuster", qui exige 60 voix sur 100, là où la majorité présidentielle n'en a que 50 et peut faire pencher la balance en sa faveur grâce au vote décisif de la vice-présidente américaine.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article