Kazakhstan : la révolte gronde, des dizaines de morts parmi des manifestants

Publié le par franceinfo par A-C.Poignard, L.Lacroix, A.Dalsbaek, @RevelateursFTV, J.Cordier - France 2 France Télévisions

L'armée russe a débarqué, dans la soirée du jeudi 6 janvier, au Kazakhstan, plongé dans le chaos. Des émeutes provoquées par la hausse des prix du gaz ont éclaté dans tout le pays dimanche, et ont été réprimées dans le sang. 

Kazakhstan : la révolte gronde, des dizaines de morts parmi des manifestants

Depuis dimanche 2 janvier, un vent de révolte souffle sur le Kazakhstan. À Almaty, la capitale économique, des policiers ont été pris pour cible, et les tirs de l'armée répondu à la colère de la foule. Les affrontements ont fait des dizaines de morts parmi les manifestants selon les autorités, 18 dans les rangs des forces de l'ordre. Plus d'un millier de personnes seraient blessées. Le conflit prend sa source dans une nouvelle hausse des prix du gaz. "Dites au monde entier que la seule chose qui fleurit ici, c'est la corruption.  Le pays et ses richesses sont aux mains d'une famille, celle de l'ancien président. Tous les sites d'importance stratégique lui appartiennent", clame Saule, une manifestante. 

L'armée russe intervient 

Si l'ancien président, Noursoultan Nazarbaïeva, a officiellement passé la main à son successeur en 2019, il reste l'homme fort du pays. Grand comme cinq fois la France, le Kazakhstan a le soutien de la Turquie et de la Russie : le pays regorge de richesse, comme le minerai, le pétrole ou l'uranium. Face au chaos, l'état d'urgence a été décrété, et le gouvernement limogé. Visiblement dépassé, le président de la République du Kazakhstan, Kassym-Jomart Tokaïev, a appelé à l'aide son allié russe. La Russie et ses alliés dans la région ont aussitôt déployé, dans la soirée du jeudi 6 janvier, des chars et des troupes au Kazakhstan. L'Union européenne, de son côté, se dit préoccupée par l'évolution de la situation. 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article