Présidentielle 2022 : avec le ralliement de Gilbert Collard, Eric Zemmour continue de débaucher au sein du RN (et espère attirer Marion Maréchal)

Publié le par franceinfo par Antoine Comte France Télévisions

Le candidat d'extrême droite a engrangé un nouveau ralliement de poids avec l'eurodéputé RN. Un soutien qui pourrait en entraîner d'autres, selon les proches de l'ancien polémiste.

Eric Zemmour, le 5 décembre 2021 à Villepinte (Seine-Saint-Denis). (JULIEN DE ROSA / AFP)

Eric Zemmour, le 5 décembre 2021 à Villepinte (Seine-Saint-Denis). (JULIEN DE ROSA / AFP)

Les soutiens venus de la droite et du Rassemblement national s'accumulent pour Eric Zemmour. Après l'ancien vice-président des Républicains Guillaume Peltier ou encore plus récemment l'eurodéputé RN Jérôme Rivière, c'est au tour de Gilbert Collard de rejoindre les rangs de Reconquête !. Le député européen RN effectue sa première apparition au côté du candidat d'extrême droite samedi 22 janvier à Cannes, à l'occasion d'un meeting de campagne de l'ancien polémiste lors duquel il doit prendre la parole.

Un ralliement politique de taille qui "en entraînera d'autres venant du RN" selon les proches d'Eric Zemmour. Les noms du sénateur Stéphane Ravier, de l'eurodéputé Nicolas Bay ou même de Marion Maréchal, la nièce de Marine Le Pen, circulent avec insistance pour rejoindre désormais la campagne du candidat. Mais ces possibles nouvelles défections n'inquiètent pas Marine Le Pen et ses principaux soutiens. Selon ces derniers, la stratégie d'Eric Zemmour, qui consiste à annoncer presque tous les jours un nouveau ralliement, lui permettrait surtout de faire oublier son actualité judiciaire, ses déplacements chahutés et sa stagnation dans les sondages.

Gilbert Collard, une "prise de guerre" symbolique 

"Je n'ai rien contre le Rassemblement national ni contre Marine Le Pen, aucune récrimination, aucune vindicte (...) Mais je pense qu'un jour viendra où Marine Le Pen fera comme moi, et rejoindra Eric Zemmour". Le ralliement de Gilbert Collard en faveur de l'ancien éditorialiste est sans doute la prise de guerre la plus importante réalisée depuis le début de sa campagne présidentielle. L'arrivée de l'eurodéputé RN dans son équipe permet à Eric Zemmour de renforcer sa stratégie affichée de "rassemblement des droites". Ancien avocat de renom et membre du Rassemblement national depuis dix ans, Gilbert Collard était considéré comme un proche de la dirigeante du RN.

Après les anciens élus comme Agnès Marion, Thibaut Monnier, Antoine Mellies ou encore plus récemment Jérôme Rivière, patron des eurodéputés RN, l'arrivée de Gilbert Collard dans les filets du zemmourisme est un double coup tactique. Non content d'affaibilir au moins symboliquement le Rassemblement national, l'ancien éditorialiste renforce son réseau de soutiens politiques dans le sud de la France où Gilbert Collard, en tant qu'ancien député RN du Gard, est très implanté.

"Je le rejoins pour les idées, pour le débat, pour le goût de la liberté et je reste un homme libre (...) Eric Zemmour a le mérite de soulever le couvercle du politiquement correct, il a brisé le mur mafieux du silence", a réagi Gilbert Collard sur France Bleu Gard Lozère, qui avait déjà affiché sa proximité avec Eric Zemmour lors d'une séance de dédicaces du livre de ce dernier en octobre dernier.

Marine Le Pen et le RN "pas inquiets"

Avec le départ en fanfare de Gilbert CollardMarine Le Pen perd l'un de ses plus fidèles lieutenants. Mais alors que d'autres ralliements à Eric Zemmour en provenance du RN sont pressentis d'ici le mois d'avril, les ténors du parti affichent leur sérénité. "Ça fait trois ans que je m'attendais à ce que Gilbert Collard parte du RN. Il faut qu'il démissionne de son mandat de député européen qu'il a reçu des électeurs du RN", a notamment réagi samedi sur franceinfo Louis Alliot, vice-président du RN et maire de Perpignan.

Pour Marine Le Pen, qui ne s'est toujours pas exprimée directement sur le cas Collard, il n'y a pas encore péril en la demeure. "J'ai une vieille expérience des campagnes présidentielles (...) Mais en politique aussi, on peut agir avec droiture. La technique du salami consistant chaque jour à annoncer un ralliement, je la connais par cœur", a tout de même lancé la candidate vendredi au micro de BFMTV, après la défection de l'ancien avocat.

Marion Maréchal prête à franchir le pas ?

Après le souverainiste Philippe De Villers, le sarkozyste Patrick Buisson ou encore le cofondateur de Génération identitaire, Damien Rieu, "d'autres ralliements vont suivre", selon des proches du candidat d'extrême droite. Le plus attendu – ou en tout cas espéré – étant celui d'une certaine Marion Maréchal. Très discrète depuis le début de cette campagne présidentielle, la nièce de Marine Le Pen n'a jamais caché son amitié et sa proximité politique avec Eric Zemmour. Si pour le moment rien n'est acté, son ralliement à l'ancien polémiste pourrait faire très mal politiquement à la candidate du RN. Dans l'entourage proche d'Eric Zemmour, on est convaincu que les différentes arrivées en provenance du RN sont les signes d'un ralliement prochain de l'ancienne députée. Au point, selon le HuffPost, d’avoir anticipé les trois points supplémentaires que cela pourrait apporter à leur champion.

Si l'ancienne députée RN du Vaucluse, qui incarne depuis plusieurs années cette "droite hors les murs" si chère à Eric Zemmour, n'a pas encore fait savoir quel candidat elle soutiendra officiellement lors du premier tour de cette élection présidentielle, d'autres noms connus au Rassemblement national circulent. C'est le cas du sénateur Jérôme Ravier qui s'est récemment affiché avec Eric Zemmour lors d'un déplacement raté à Marseille, ou encore du jeune député européen Nicolas Bay.

Dans les rangs des Républicains, les noms des sénateurs LR du Val d'Oise et du Rhône, Sébastien Meurant et Etienne Blanc, reviennent également avec insistance depuis le début de la campagne du candidat Zemmour

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article