Présidentielle 2022 : des bus "Marine Le Pen" à l'assaut des marchés

Publié le par franceinfo par Neïla Latrous - franceinfo Radio France

Dans quelques semaines, des bus floqués aux couleurs de Marine Le Pen vont sillonner les routes de France.

Marine Le Pen, candidate du Rassemblement national à l'élection présidentielle d'avril 2022, à la foire agricole de Poussay (Vosges), le 23 octobre 2021 (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

Marine Le Pen, candidate du Rassemblement national à l'élection présidentielle d'avril 2022, à la foire agricole de Poussay (Vosges), le 23 octobre 2021 (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

L’inspiration est à chercher outre-Atlantique : "Ce seront des bus à la Donald Trump", explique un dirigeant du Rassemblement national. Vous savez, ces grands cars que l’on voit aux Etats-Unis avec à l’extérieur la photo, le slogan et le nom du candidat, et à l’intérieur du matériel de campagne, des affiches, des tracts, des goodies type stylos, pins, et casquettes…

C’est un peu ce que veut faire Marine Le Pen. "Une vingtaine de permanences roulantes", telles que décrites par un porte-parole, partiront de Reims le 5 février, dans la foulée du premier meeting de Marine Le Pen. Départ de Reims, et "arrivée le 24 avril à l’Elysée", répond dans une boutade un stratège lepéniste.

Le 24 avril, le second tour de la présidentielle, c’est loin… Donc dans un premier temps, les bus vont plutôt se diriger dans les 13 régions métropolitaines. Un à trois bus par région, selon le double critère géographique et électoral. Plus la région est étendue, plus elle est porteuse pour Marine Le Pen, plus il y aura de bus. Trois véhicules sillonneront les régions Provence-Alpes-Côte-d’Azur et Grand Est, contre un seul pour l'ÎIe-de-France, où le RN fait de moins bons scores. Précision : tous les bus n’ont pas la même taille. Les gros s’arrêteront dans les villes, mais des cars plus modestes sont prévus pour les routes escarpées et les petits villages.

Informer sur le projet et mobiliser les électeurs

Au-delà de l’affichage, les cars ont vocation à démultiplier la candidate, son image à tout le moins, et distribuer les tracts et le projet présidentiel sur "5 000 marchés" – l’objectif que se fixe l’équipe de campagne. Marine Le Pen sera présente sur quelques-uns de ces marchés, elle qui aime à se définir comme "la candidate de la province et des territoires".

Ce n’est pas tout : les bus doivent aussi servir à mobiliser un électorat qui avait fait défaut pendant les régionales de juin dernier, qui s’était abstenu. Les équipes qui seront à bord sont aussi chargées de motiver les Français à aller voter et les aider par exemple à faire leurs procurations en ligne.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article