Présidentielle 2022 : Ecrans géants à 360°, odeurs, son… Jean-Luc Mélenchon a-t-il réussi son « coup d’éclat » à Nantes ?

Publié le par 20 Minutes par Frédéric Brenon

MEETING Pour sa première réunion publique de l’année, le candidat LFI a tenté à Nantes, devant près de 5.000 militants, une expérience « immersive et olfactive ». Plutôt spectaculaire, malgré quelques ratés

Jean-Luc Mélenchon s'est exprimé depuis une scène placée au coeur de la foule. — J.Gonzalez/Sipa

Jean-Luc Mélenchon s'est exprimé depuis une scène placée au coeur de la foule. — J.Gonzalez/Sipa

  • Jean-Luc Mélenchon, candidat à l'élection présidentielle, a donné ce dimanche un grand meeting au Parc des expositions de Nantes. Les organisateurs annoncent 5.000 spectacteurs.
  • Ce meeting, annoncé par LFI comme une première mondiale, se différenciait par ses murs d'écrans géants et sa diffusion d'odeurs.

« C’était énorme ! Il nous en a mis plein la vue », s’enthousiasme un jeune militant. Cinq ans après avoir innové avec ses fameux hologrammes, Jean-Luc Mélenchon est encore monté d’un cran dans l’utilisation des nouvelles technologies à l’occasion de son premier meeting 2022 ce dimanche après-midi à Nantes. Dans un Parc des Expositions sans jauge restrictive, près de 5.000 militants équipés d’un masque FFP2 obligatoire ont assisté à un « meeting immersif et olfactif » suscitant une grande curiosité.

Arrivé tel une rock star sur un rythme electro, le tribun de la France insoumise (LFI), candidat à la présidentielle, s’est exprimé pendant plus d’une heure depuis une scène centrale, au cœur d’une foule elle-même entourée de quatre murs d’écrans géants de 200 m chacun. « Il fallait que ce soit un coup d’éclat et nous sommes en train de le faire ! Il fallait mettre en scène en grand la vision du monde vers laquelle nous voulons nous diriger », s’est réjoui Jean-Luc Mélenchon.

L’espace, le numérique et la mer comme fil rouge

L’expérience à 360° a débuté par la projection d’images dynamiques du système solaire. « C’est vu de l’espace qu’on comprend mieux ce qu’il y a à faire sur la Terre », a justifié l’orateur, promettant un désarmement « spatial » et « nucléaire ». Elle s’est poursuivie par la diffusion d’algorithmes et formes numériques prétextes à réclamer la « maîtrise nationale des câbles et serveurs Internet » et à « ne pas avoir peur de l’intelligence artificielle » laquelle pourrait permettre la « réduction du temps de travail ». Puis par un mouvement de vagues maritimes (avec le bruit) pour défendre les énergies renouvelables et dénoncer, entre autres, « le cimetière de la mer Méditerranée ». « Regardez la puissance de la mer ! Elle contient 66 fois l’énergie dont on a besoin sur Terre. »

Annoncée comme une première mondiale dans un cadre politique, la diffusion d’odeurs dans la salle a nettement moins convaincu. Certes, quelques notes de parfums semblaient accompagner les tableaux visuels. Mais, avec un masque FFP2 sur le nez, elles étaient difficiles à ressentir et, encore plus, à identifier (de l’orange ? du jasmin ? de la mousse de chêne ?). Le lien avec les thèmes évoqués était donc loin d'être évident.

« On est regonflé à bloc. Je sens que ça va le faire »

En introduction, pendant près d’une heure, plusieurs personnalités, parmi lesquelles l’acteur Olivier Rabourdin, la comédienne Mireille Perrier, le délégué syndical Xavier Mathieu ou l’humoriste Bruno Gaccio, ont lu des textes d’auteurs engagés (Virginie Despentes, Edouard Glissant, André Gorz…). Des chants partisans, des sons de manifestations et plusieurs séquences vidéos à 360° appuyaient leurs propos conclus le « poing levé »

Il aura fallu quatre jours de montage pour mettre au point ces décors inédits imaginés par le scénographe David Mathias et coconçus avec la société Videlio. « Cela permet de créer des univers afin de donner corps à des concepts plus abstraits », explique le député Bastien Lachaud. L’objectif était aussi de « prouver que la technologie peut relier les gens ».

« Franchement, c’était génial. Sûrement le plus beau meeting auquel j’ai participé », s’emballe Nicole, 62 ans, à la sortie. « C’était un truc de dingue, j’en ai eu la chair de poule », complète Glen, 29 ans. « On est regonflé à bloc. Je sens que ça va le faire. Il sera au second tour », pronostique Nicolas, pointant toutefois du doigt « quelques effets gadgets qui ne nous ressemblent pas forcément ».

Une grande marche et le retour des hologrammes

Sur le fond, Jean-Luc Mélenchon a également promis ce dimanche après-midi « l’augmentation du salaire minimum à 1.400 euros nets dès le premier jour du mandat », la « retraite à 60 ans et 40 annuités », l’encadrement des « prix des produits de première nécessité », la « limitation des frais bancaires », le recrutement d’enseignants et de personnels soignants, la fin des élevages intensifs, ou encore la « suppression du ministère de l’Agriculture » pour le remplacer par un « ministère de la Production alimentaire ».

Jean-Luc Mélenchon a aussi confirmé ce dimanche l’organisation d’une « grande marche pour la sixième République » le 20 mars à Paris. Et le retour des hologrammes dans ses meetings à partir d’avril.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article