Ukraine : Washington promet une réponse "sévère" si des troupes russes franchissent la frontière

Publié le par franceinfo avec AFP France Télévisions

Le président des Etats-Unis a tenu des propos ambigus lors d'une conférence de presse. La Maison Blanche a dû rectifier.

Le président américain Joe Biden donne une conférence de presse depuis la Maison Blanche, le 19 janvier 2022. (MANDEL NGAN / AFP)

Le président américain Joe Biden donne une conférence de presse depuis la Maison Blanche, le 19 janvier 2022. (MANDEL NGAN / AFP)

La guerre des mots continue. Lors d'une conférence de presse venant marquer sa première année de mandat, mercredi 19 janvier, le président américain Joe Biden a semblé accréditer l'idée d'une probable prochaine "incursion" russe en Ukraine"Je pense qu'il ne veut toujours pas d'une guerre à grande échelle", a-t-il lancé au sujet de son homologue russe Vladimir Poutine. Pour autant, "il va tester l'Occident". "Je pense qu'il va rentrer" en Ukraine d'une manière ou d'une autre, "il va devoir faire quelque chose".

"Si c'est une incursion mineure", les membres de l'Otan risquent de se diviser sur l'ampleur de la riposte, a jouté le locataire de la Maison Blanche. Mais si les Russes "font ce dont ils sont capables avec les forces qu'ils ont massées à la frontière, ce sera un désastre pour la Russie". La situation pourrait "échapper à tout contrôle", s'est-il alarmé.

La Maison Blanche rectifie

Cette formulation ambiguë sur une incursion "mineure", a attiré de vives critiques de l'opposition, qui a reproché au président démocrate de se résigner à une attaque russe. Ce qui lui a aussitôt valu de s'attirer les foudres des Républicains qui l’accusent d'avoir donné à Vladimir Poutine un "feu vert" pour envahir son voisin.

La Maison Blanche s'est donc empressée de clarifier les propos de Joe Biden. Si des forces militaires russes franchissent la frontière de l'Ukraine, cela constituera une nouvelle invasion qui attirera "une réponse rapide, sévère et unie des Etats-Unis et de nos alliés", a indiqué sa porte-parole Jen Psaki.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article