Bombardements, tensions... Le point sur la situation entre la Russie et l'Ukraine ce samedi

Publié le par BFMTV par Fanny Rocher

La situation continue à se tendre à la frontière ukrainienne, où les troupes russes sont massées. Alors que les formes armées ukrainiennes et les séparatistes prorusses s'accusent mutuellement de graves violations du cessez-le-feu, les États-Unis sont convaincus que Vladimir Poutine est sur le point de donner l'ordre d'envahir l'Ukraine.

Des soldats ukrainiens s'entraînent avec leurs chars dans la région de Kharkiv, en Ukraine, le 10 février 2022 - - Sergey BOBOK © 2019 AFP

Des soldats ukrainiens s'entraînent avec leurs chars dans la région de Kharkiv, en Ukraine, le 10 février 2022 - - Sergey BOBOK © 2019 AFP

Les tensions semblent plus vives que jamais entre la Russie et l'Ukraine. Ces dernières heures, les tirs et les bombardements se multiplient, sans qu'il ne soit possible de dire qui vise qui entre les forces gouvernementales et les séparatistes russes. Les mises en garde de l'Union européenne et des États-Unis, qui jugent imminente l'intervention de Vladimir Poutine en Ukraine, n'y changent rien. BFMTV.com fait le point sur les événements de ce samedi.

• "Mobilisation générale" chez les séparatistes prorusses

Denis Pouchiline, à la tête de la République séparatiste de Donetsk, proche de la Russie, a appelé ce samedi à "la mobilisation générale", exhortant ses concitoyens réservistes à se rendre dans les bureaux de conscription.

De la même manière, la république, également séparatiste, de Lougansk a emboîté le pas à celle de Donetsk plus tard dans la matinée en décidant elle aussi d'une mobilisation générale.

• Bombardements et échanges de tir, au moins un mort

Alors que la menace d'un conflit armé semble se rapprocher, les forces armées ukrainiennes et les séparatistes prorusses se sont mutuellement accusés ce samedi de violations graves du cessez-le-feu dans l'est de l'Ukraine.

L'armée ukrainienne a fait état de 66 échanges de tirs de mortiers, de 82 et 110 mm de calibre, sur les villes du front jusqu'à 7 heures du matin, un nombre particulièrement élevé. Un soldat ukrainien au moins a été tué par un éclat d'obus. Les forces armées ukrainiennes ont toutefois affirmé, dans un communiqué, qu'elles "contrôlent la situation" et "poursuivent leur mission de repousser l'agression armée de la Russie".

Les observateurs de l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) ont affirmé de leur côté avoir constaté une "augmentation spectaculaire" des violations du cessez-le-feu, pour un total de 870 vendredi.

Vladimir Poutine supervise des exercices stratégiques

Autre démonstration de force: le président russe Vladimir Poutine a lancé ce samedi des exercices militaires "stratégiques" impliquant des tirs de missiles. Des "missiles balistiques et de croisière" ont notamment été tirés.

"Les objectifs prévus lors des exercices des forces de dissuasion stratégique ont été accomplis pleinement, tous les missiles ont atteint les cibles fixées", a indiqué la présidence russe dans un communiqué.

"L'objectif principal des exercices en cours est d'entraîner les forces offensives stratégiques pour infliger une défaite garantie à l'ennemi", a indiqué le chef de l'état-major russe, Valeri Guerassimov.

Joe Biden "convaincu" que Vladimir Poutine a "pris la décision" d'envahir l'Ukraine

Aux inquiétudes de l'Union européenne s'ajoutent les craintes américaines, qui affirment qu'une attaque russe est imminente. Vendredi, le président des États-Unis Joe Biden s'est dit "convaincu" que le président russe Vladimir Poutine avait "pris la décision" d'envahir l'Ukraine.

"Nous avons des raisons de penser que les forces russes ont l'intention d'attaquer l'Ukraine (...) dans les prochains jours. Je suis convaincu qu'il a pris la décision. Nous avons des raisons de le penser", a déclaré le président américain dans une allocution depuis la Maison Blanche.

Le samedi, c'était au tour de Lloyd Austin, secrétaire américain à la Défense, d'enfoncer le clou. Selon lui, les troupes russes "sont en train de se déployer et s'apprêtent à frapper", ajoutant que les militaires russes "se dirigent vers les positions adéquates pour être en mesure de mener une attaque".

Kamala Harris, vice-présidente des États-Unis, a pour sa part averti qu'en cas d'attaque russe, l'Otan se renforcera "sur le flanc oriental", tandis que Moscou s'exposera à des sanctions "sévères et rapides".

• L'Allemagne appelle ses ressortissants à quitter "urgemment" l'Ukraine

Face à cette recrudescence des tensions, l'Allemagne a appelé ses ressortissants à quitter "urgemment" l'Ukraine en raison des risques, selon un communiqué publié en début d'après-midi par le ministère des Affaires étrangères.

"Nous mettons en garde contre tout déplacement en Ukraine", indique le texte, qui "exhorte de manière urgente les ressortissants allemands" qui s'y trouvent à "quitter sans délai le pays".

Dans la foulée, la compagnie nationale Lufthansa a décidé de suspendre ses vols vers Kiev et Odessa à partir de lundi.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article