Conflit Ukraine - Russie : Vladimir Poutine déclare la guerre à l'Ukraine avec des attaques aériennes et terrestres

Publié le par 20 Minutes par Marie De Fournas

RECAP' « 20 Minutes » fait le point pour vous tous les soirs sur l’avancée du conflit en Ukraine

 Des véhicules blindés roulent le long d'une route à Armyansk, dans le nord de la Crimée, en Russie. Le 24 février, le président russe Vladimir Poutine a annoncé une opération militaire en Ukraine après la reconnaissance de l'indépendance des républiques séparatistes du Donbass. — Konstantin Mihalchevskiy//SIPA

Des véhicules blindés roulent le long d'une route à Armyansk, dans le nord de la Crimée, en Russie. Le 24 février, le président russe Vladimir Poutine a annoncé une opération militaire en Ukraine après la reconnaissance de l'indépendance des républiques séparatistes du Donbass. — Konstantin Mihalchevskiy//SIPA

  • Tous les soirs, à 19h30, 20 Minutes vous propose son point récap' sur le conflit entre la Russie et l’Ukraine.
  • Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Et qui soutient qui et pourquoi ? Vous saurez tout sur l’avancée des négociations et les événements de cette crise qui secoue la Russie, l’Ukraine, l’Europe et les Etats-Unis.
  • Ce jeudi a vu le lancement de l’offensive russe, les troupes de Vladimir Poutine avançant à pleine puissance par les airs comme par les routes sur l’ensemble du territoire ukrainien. Au moins 31 victimes civiles sont déjà à déplorer.

Vous avez raté les derniers événements sur le conflit en Ukraine ? Pas de panique, 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Où en sommes-nous ? La réponse ci-dessous :

L’info du jour

C’est en ce jeudi 24 février 2022 que la guerre entre la Russie et l’Ukraine aura officiellement commencé. Dans la nuit, Vladimir Poutine a annoncé en direct à la télévision avoir « pris la décision d’une opération militaire spéciale » en Ukraine. Du petit matin jusqu’au soir, le gouvernement russe a lancé une série de bombardements sur Kiev, la capitale, mais aussi à Kharkiv, la deuxième plus grande ville du pays, ainsi qu’à Mariouol dans le sud, Dnipro, Odessa, Savayansk, Kramatorsk ou encore Lviv, dans l’ouest du pays, à 300 km de la frontière polonaise. Les frappes avec des missiles balistiques ont poussé les civils à fuir.

Après les bombes, l’armée russe a pénétré sur le territoire ukrainien. Des troupes ont débarqué à Odessa, d’autres ont franchi la frontière nord vers Kharkiv. Des tanks et des camions militaires ont effectué une percée à la frontière sud depuis la Crimée annexée. Malgré la riposte de l’armée ukrainienne qui assure avoir abattu plusieurs avions russes, l’armée de Vladimir Poutine a déjà remporté plusieurs combats. Elle a ainsi capturé deux villages de la région de Louhansk, détruit 74 installations militaires, dont 11 aérodromes, pris un aéroport militaire près de Kiev ainsi que la centrale nucléaire de Tchernobyl.

La phrase du jour

 

Nous répondrons avec sang-froid et sans faiblesse

Emmanuel Macron a assuré dans une allocution télévisée que « les sanctions portées à la Russie seront à la hauteur de l’agression dont elle se rend coupable ». Le président de la République a par ailleurs précisé que ces sanctions porteront sur « le plan militaire et économique autant que dans le domaine de l’énergie ».

Le chiffre du jour

31. C’est le bilan incomplet et non définitif du nombre de civils ukrainiens qui ont été tués ce jeudi dans les bombardements russes. Treize l’ont été dans la région de Kherson, dans le sud de l’Ukraine. Parmi eux se trouvaient deux enfants, rapporte l’administration régionale. Dix-huit autres, « huit hommes et dix femmes » ont perdu la vie dans un village de la région d’Odessa, a rapporté un conseiller du président ukrainien.

La tendance du jour

Toute la journée, les représentants occidentaux ont tour à tour pris la parole pour condamner les agissements de la Russie et annoncer des sanctions contre le pays. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a ouvert le bal en assurant que l’UE allait « geler les avoirs russes dans l’UE et bloquer l’accès des banques russes à notre marché financier. Ceci est conçu pour peser lourdement sur la capacité du Kremlin à financer la guerre ». Le Royaume-Uni a également décidé « d’exclure totalement les banques russes du secteur financier britannique ».

En fin de journée, Joe Biden a pour sa part affirmé que des forces militaires américaines supplémentaires seraient déployées en Europe, mais pas en Ukraine, pour défendre « le moindre pouce de territoire de l’Otan ». A ce propos, les Alliés devraient se réunir vendredi pour un sommet en visioconférence.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article