Crise en Ukraine : que signifie le Format Normandie et quel est son lien avec la région ?

Publié le par Paris-Normandie par Lolita Blassieaux

Emmanuel Macron doit se rendre en Russie, puis en Ukraine lundi 7 et mardi 8 février 2022 - Photo AFP

Emmanuel Macron doit se rendre en Russie, puis en Ukraine lundi 7 et mardi 8 février 2022 - Photo AFP

À la frontière entre la Russie et l’Ukraine, la tension est palpable. Alors qu’Emmanuel Macron rencontrera Vladimir Poutine lundi 7 février 2022 en Russie, avant une visite de l’autre côté des lignes armées le lendemain, à Kiev, de véritables enjeux diplomatiques planent sur ce déplacement du chef de l’État.

Le message est clair, dans la crise ukrainienne, la France veut jouer un rôle de médiateur, malgré les dialogues russo-américains. L’objectif premier de ce déplacement est la désescalade, mais aussi d’empêcher que la Russie n’effectue une incursion en Ukraine. Depuis des mois, de nombreux moyens sont mis en œuvre par la France et ses alliés pour désamorcer cette crise. Parmi les pistes et outils employés, le Format Normandie.

Un sommet normand

En décembre 2021, Emmanuel Macron a accueilli à Paris, Vladimir Poutine, Angela Merkel et le président ukrainien Volodymyr Zelensky, sous le Format Normandie. C’était le premier sommet du genre depuis 2016. Quelques semaines plus tard, les représentants des quatre pays se sont une nouvelle fois réunis, à distance, sous le même format.

Cette appellation qui réunit deux puissances européennes, à savoir la France et l’Allemagne, face à la Russie et l’Ukraine a été employée la première fois par une journaliste américaine, en 2014. Cette même année, l’arrivée de dirigeants pro-occidentaux au pouvoir en Ukraine provoque l’annexion de la Crimée par la Russie. Pour tenter de calmer les tensions, François Hollande, alors chef de l’État, avait organisé, en marge des commémorations du Débarquement en Normandie, le 6 juin, une réunion entre ces quatre pays, à Bénouville, dans le Calvados.

Si ce sommet tire son appellation d’une réunion semi-officielle qui s’est déroulée pour la première fois en Normandie, les enjeux n’en sont pas moins importants. Depuis 2014, d’autres réunions sous ce format entre les quatre pays ont eu lieu, avec toujours le même objectif : le règlement de la crise au Donbass.

Quels résultats ?

Même si « les résultats concrets se font encore attendre », estiment certains spécialistes, en février 2015, le Format Normandie a permis d’aboutir aux accords de Minsk II et au lancement d’un « processus de règlement politique de la crise, dans un contexte de très grande tension ».

Sept ans plus tard, force est de constater que le conflit entre la Russie et l’Ukraine demeure très vif et de nombreux historiens et experts parlent d’une véritable « guerre froide ».Washington a d’ailleurs assuré jeudi 3 février avoir des preuves – sans les avoir présentées – que Moscou préparait une vidéo de fausse attaque ukrainienne. Un bon prétexte pour envahir le pays.

C’est pourquoi, lors de cette visite à Moscou, Emmanuel Macron entend bien « engager un dialogue exigent » avec la Russie. Il a d’ailleurs prévenu : « s’il devait y avoir une agression la riposte sera là et le coût sera très élevé ». À l’heure actuelle, les menaces de sanctions ne semblent pas dissuader les Russes.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article