En pleine crise avec Moscou, Washington va déployer 3 000 militaires supplémentaires en Europe de l'Est

Publié le par franceinfo avec AFP France Télévisions

"Ces forces ne vont pas se battre en Ukraine", qui n'est pas membre de l'Otan, a assuré le Pentagone.

Des militaires américains participent à un exercice à Novo Selo, en Bulgarie, le 31 mai 2021. (BORISLAV TROSHEV / ANADOLU AGENCY / AFP)

Des militaires américains participent à un exercice à Novo Selo, en Bulgarie, le 31 mai 2021. (BORISLAV TROSHEV / ANADOLU AGENCY / AFP)

Washington a annoncé, mercredi 2 février, l'envoi de 3 000 soldats américains supplémentaires en Europe de l'Est pour défendre les pays de l'Otan "contre toute agression". Le Pentagone a confirmé qu'il allait redéployer 1 000 soldats stationnés en Allemagne vers la Roumanie, tandis que 2 000 autres quitteront les Etats-Unis pour être positionnés dans d'autres pays d'Europe de l'Est, essentiellement en Pologne. Cette annonce intervient dans un contexte d'escalade des tensions avec la Russie, accusée par les Européens d'avoir massé 100 000 militaires à la frontière de l'Ukraine.

Ces 3 000 soldats américains s'ajoutent aux 8 500 placés en état d'alerte fin janvier par Washington, pour être déployés dans la force de réaction rapide de l'Otan en cas de besoin. "Ces mouvements sont un message sans ambiguïté que nous adressons au monde pour montrer que nous sommes prêts à rassurer nos alliés de l'Otan et déterminés à les défendre contre toute agression", a déclaré le porte-parole du ministère américain de la Défense.

Il ne s'agit néanmoins que de renforcer le "flanc oriental" de l'Alliance atlantique. "Ces forces ne vont pas se battre en Ukraine", qui n'est pas membre de l'Otan, a assuré le Pentagone, soulignant qu'il s'agissait d'un redéploiement temporaire. "Nous ne pensons pas que le conflit est inévitable", a insisté le porte-parole, soulignant que la diplomatie américaine avait "offert à la Russie une voie vers la désescalade".

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article