Moscou appelle au renversement du gouvernement ukrainien

Publié le par Courrier International

La Russie a lancé le 24 février à l’aube une “opération militaire spéciale” en Ukraine. Depuis, les troupes russes ont multiplié les bombardements de villes et sites ukrainiens. Elles ont pris le contrôle de Tchernobyl et se trouvent désormais en périphérie de Kiev. Courrier international a suivi en direct l’évolution de la situation en s’appuyant sur les articles de la presse étrangère.

A person stands in front of a damaged residential building, after Russia launched a massive military operation against Ukraine, in Kyiv, Ukraine February 25, 2022.  - RC2WQS9O068B PHOTO / REUTERS/Umit Bektas

A person stands in front of a damaged residential building, after Russia launched a massive military operation against Ukraine, in Kyiv, Ukraine February 25, 2022. - RC2WQS9O068B PHOTO / REUTERS/Umit Bektas

Jeudi 24 février, peu avant 6 heures du matin, Vladimir Poutine a annoncé le déclenchement d’une “opération militaire spéciale” en Ukraine. Après une journée de combats, hier, des soldats russes progressaient aujourd’hui vers le centre de Kiev. Dans l’après-midi, les présidents ukrainien et russe se sont dit, chacun à leur tour, prêts à négocier un retour à la paix, avant que la présidence russe n’écarte cette possibilité et appelle à renverser le gouvernement du président Volodymyr Zelensky.

18 h 00 - Vu d’Ukraine - Un premier bilan de deux jours de combats

 

Sur son site, la chaîne de télévision Hromadske, qui tient évidemment elle aussi un live, relaie les informations communiquées aujourd’hui par le ministère ukrainien de la Défense :

“Guerre russo-ukrainienne. Dernières nouvelles de l’état-major des Armées :

• l’ennemi poursuit ses opérations offensives contre l’Ukraine dans les zones qu’il avait préalablement sélectionnées ;

• dans la direction de Volyn [dans l’ouest], on n’enregistre pas d’interventions actives des unités terrestres;

• en Polésie [région nord-ouest du pays], les occupants poursuivent leur offensive avec des forces importantes en direction de Kiev ;

• il faut signaler le déploiement d’unités supplémentaires en direction de Skadovsk [un port sur la mer Noire, à l’est de la Crimée] ;

• des unités d’infanterie de marine sont présentes sur la rive droite du Kalmious [un fleuve qui arrose Marioupol]. D’autres unités mécanisées sont déployées le long de la ligne de contact [dans le Donbass] ;

• après de violents combats, les forces ukrainiennes dans le Donbass ont stoppé l’avancée des troupes russes et ont tenu leurs positions. Le pont sur le Donets, près de la ville de Chtchastia, a été détruit ;

• la défense aérienne a jusqu’à présent détruit plusieurs missiles balistiques et au moins deux avions de l’armée de l’air russe.

À 15h00, selon le ministère de la Défense, les troupes russes avaient subi les pertes suivantes : jusqu’à 80 chars, 516 véhicules blindés de différents types, 10 avions, 7 hélicoptères détruits, 2 800 hommes hors de combat.” 

17 h 58 – Prise de Tchernobyl par la Russie : quels sont les risques ?

Moscou appelle au renversement du gouvernement ukrainien

La prise de contrôle, par l’armée russe, de la centrale à l’arrêt de Tchernobyl et de la zone d’exclusion qui l’entoure réveille les inquiétudes d’une catastrophe nucléaire de grande ampleur. Si une attaque délibérée des infrastructures nucléaires ukrainiennes semble peu probable, certains redoutent les conséquences d’événements accidentels qui surviendraient au cours du conflit. Retrouvez ici notre article.

17 h 48 – L’Allemagne prête à accueillir tous les réfugiés ukrainiens

“Nous accueillerons dans l’UE tous les réfugiés qui fuient l’Ukraine, assure la ministre des Affaires étrangères allemande Annalena BaerbockSelon le Spiegel, l’Allemagne a déjà débloqué jeudi cinq millions d’euros “en soutien aux organisations humanitaires” aux frontières ukrainiennes, mais la ministre écologiste appelle désormais de ses vœux “une réponse [européenne] coordonnée”.

17 h 44 - Au deuxième jour de la guerre, le calvaire des Ukrainiens en images

Au lendemain du lancement de l’offensive russe contre l’Ukraine, de nombreuses vidéos témoignent des répercussions des combats sur la population. Par crainte des bombes, d’aucuns se mettent à l’abri dans les souterrains du métro, quand d’autres préparent des cocktails Molotov, à la demande du gouvernement ukrainien. Notre résumé en images de ce deuxième jour de guerre. 

17 h 34 – Khodorkovski sur Poutine : “Il est capable de tout”, y compris “d’appuyer sur le bouton nucléaire”

L’opposant Mikhaïl Khodorkovski, en exil au Royaume-Uni, prévient que le président russe “est capable de tout” et même, selon lui, “d’appuyer sur le bouton nucléaire”. L’ex-oligarque de 58 ans a également soutenu auprès d’un groupe de journalistes, via Zoom, que Poutine jetterait son dévolu sur d’autres pays si personne ne l’arrêtait”. Khodorkovski a notamment cité, rapporte The Guardian, le couloir entre la Lituanie et l’enclave territoriale russe de Kaliningrad comme une prochaine cible potentielle. Le week-end dernier, plusieurs ministres des pays Baltes faisaient part au Financial Times de leurs inquiétudes à propos de cette région, zone sensible de l’Otan en Europe de l’Est.

17 h 25 – Le Conseil de l’Europe suspend la Russie

“Le Comité des ministres [du Conseil de l’Europe] a décidé aujourd’hui de suspendre, avec effet immédiat, la Fédération de Russie de son droit de représentation au sein du Comité des ministres et de l’Assemblée parlementaire, à la suite de l’agression armée contre l’Ukraine par la Fédération de Russie”, annonce le Conseil de l’Europe (une institution qui ne dépend pas de l’Union européenne), précisant que Moscou demeure membre et qu’il ne s’agit que d’une “mesure temporaire et non finale”.

“L’Italie estime qu’il s’agit d’une mesure nécessaire au vu de l’agression militaire inacceptable de la Russie à l’égard de l’Ukraine, qui constitue une grave violation du droit international”, a déclaré le ministre des Affaires étrangères italien, Luigi Di Maio, cité par La Repubblica, dans son suivi en direct.

17 h 19 – Vu de Russie – Des pourparlers de paix mort-nés ?

La proposition de Volodymyr Zelensky d’ouvrir des négociations de paix, proposition que le Kremlin avait dit accepter, semble déjà enterrée, à en croire le journal proche du pouvoir russe Izvestia. Moscou songeait à Minsk, la capitale biélorusse, pour accueillir ces pourparlers. Mais, a affirmé Dmitri Peskov, porte-parole du président russe, la partie ukrainienne aurait voulu qu’ils se tiennent à Varsovie et, toujours selon le porte-parole, Kiev ne répondrait plus depuis. 

16 h 52 – Poutine insulte Zelensky et appelle l’armée ukrainienne à prendre le pouvoir

Au Conseil de sécurité cet après-midi à Moscou, Vladimir Poutine s’est directement adressé aux militaires ukrainiens, rapporte le journal russe Vzgliad : “Prenez le pouvoir entre vos mains ! Il me paraît plus simple de trouver un accord avec vous plutôt qu’avec ce ramassis de toxicomanes et néonazis qui se tapit à Kiev et qui a pris en otage le peuple ukrainien”, a lancé le président russe faisant référence au gouvernement de Volodymyr Zelensky.

Pour le correspondant du Guardian à Moscou, c’est la première fois que Vladimir Poutine parle publiquement d’un changement de régime à Kiev.

16 h 40 – Les Irlandais furieux après une comparaison “bizarre” de Lavrov

Une “comparaison bizarre” du ministre des Affaires étrangères russe a suscité l’ire de Dublin, relève l’Irish independent. Sergueï Lavrov a soutenu à l’occasion d’une conférence de presse que Zelensky avait par le passé demandé aux Ukrainiens se considérant de culture russe de quitter le territoire”. Avant d’ajouter : “Imaginez si l’Irlande interdisait l’usage de l’anglais, que penserait le Royaume-Uni ?” Son homologue irlandais Simon Coveney a récusé l’analogie, arguant que les deux pays “sont un exemple” de voisins “qui ont réussi malgré un passé difficile à façonner un processus de paix durable garantissant une absence de violence”. “N’impliquez par l’Irlande dans un argumentaire qui cherche à justifier l’injustifiable”, a-t-il asséné.

16 h 35 - L’Ukraine reconnaît une percée russe dans le sud

La chaîne de télévision Espreso TV annonce que “l’armée russe aurait percé les défenses de Kherson [entre la Crimée et Marioupol], l’Ukraine aurait perdu le contrôle de l’axe vers la ville. ‘Je suis au regret de signaler qu’après de violents combats à la périphérie de Kherson, malgré les efforts désespérés de l’armée ukrainienne, celle-ci a malheureusement perdu le contrôle de l’axe vers Kherson’, a déclaré l’administration de l’oblast de Kherson dans un communiqué. L’ennemi aurait attaqué avec des forces considérables et aurait subi de lourdes pertes.”

16 h 33 – La France pourrait fournir des “équipements défensifs” à l’Ukraine

Le New York Times rapporte que, “devant le Parlement, le président Emmanuel Macron a déclaré que la France était en pourparlers avec l’Ukraine pour lui fournir des équipements défensifs. Il a par ailleurs fait observer que les dernières sanctions de l’UE étaient nécessaires pour la ‘défense de nos valeurs’, même si, selon lui, elles auront aussi des conséquences pour les Français.”

16 h 29 – Le Parti communiste sud-africain soutient Poutine

Le Parti communiste sud-africain déclare qu’il soutient l’offensive militaire du président russe Vladimir Poutine contre l’Ukraine, rapporte le quotidien sud-africain The Citizen. Il estime que la Fédération de Russie “défend sa souveraineté et son intégrité contre les forces impérialistes occidentales dirigées par les États-Unis”.

16 h 18 - Une carte de la situation en Ukraine

Moscou appelle au renversement du gouvernement ukrainien

16 h 10 – L’UE en passe de geler les avoir de Vladimir Poutine et Sergueï Lavrov

L’UE s’apprête à geler les avoirs de Vladimir Poutine et de son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, rapportent les correspondants du Financial Times à Bruxelles. L’objectif, selon la ministre des Affaires étrangères allemande Annalena Baerbock, citée par l’hebdomadaire d’outre-Rhin Spiegel : frapper le système Poutine “au cœur de son pouvoir”. “C’est pour cette raison que [les sanctions] ne listent pas que des oligarques et des députés […], mais aussi messieurs Poutine et Lavrov”, a-t-elle déclaré.

La “mesure forte” a été rendue possible par la levée des réticences dont ont fait part les Allemands et les Italiens à ce sujet lors du sommet extraordinaire de jeudi, reprend The Financial Times. “La mesure fait partie d’une série de mesures qui doivent être approuvées cet après-midi”, poursuit le journal britannique. Les deux hommes “ne seront en revanche pas frappés par une interdiction de déplacement, signe que les 27 laissent au moins symboliquement la porte ouverte à des possibilités diplomatiques”.

16 h 08 – Démarche “sans précédent”, le pape François se rend à l’ambassade de Russie

“Le pape François a rompu tous les protocoles diplomatiques et s’est rendu en personne, le 25 février, dans les bureaux de l’ambassade russe près du Saint-Siège”, rapporte le magazine russe en ligne Sobessednik. Bien que souffrant d’un genou et ayant annulé tous ses autres engagements, le souverain pontife a passé une demi-heure dans les locaux de la représentation russe pour exprimer sa “préoccupation” après l’invasion de l’Ukraine.

Le représentant du Vatican Matteo Bruni a affirmé que “ce geste est sans précédent” car, “en cas de nécessité”, le protocole veut que le Vatican “invite un ambassadeur”.

15 h 58 – “La Chine du côté de la paix”

“La Chine détermine toujours sa position et sa politique en examinant la complexité des faits, elle est toujours du côté de la paix, du côté de la justice”, a déclaré Wang Wenbin, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, lors d’une conférence de presse aujourd’hui et rapportée par l’agence officielle Xinhua, en réponse à la demande américaine que chacun choisisse son camp.

Wang a affirmé que la Chine faisait des efforts depuis longtemps pour que soit trouvée une solution politique à la question ukrainienne, en particulier par des entretiens avec les responsables russes et américains prônant le dialogue multilatéral pour résoudre le problème. “Aujourd’hui, la porte n’est pas entièrement fermée à une solution pacifique à la question ukrainienne”, a-t-il déclaré, en affirmant que la Chine continuerait ses efforts pour la négociation.

15 h 50 – Le maire de Kiev : “L’ennemi veut mettre la capitale à genoux”

Le New York Times rapporte dans son live que “le maire de Kiev, Vitali Klitschko, déclare que la situation dans la capitale est ‘difficile et tendue’. Il appelle les habitants à être vigilants et à s’abriter dans les stations de métro souterraines si les sirènes antiaériennes retentissent. ‘L’ennemi veut mettre la capitale à genoux et nous détruire, poursuit-il. Toute personne en mesure de défendre la ville doit aider nos soldats et se joindre à eux.’”

15 h 42 – Un jeu vidéo derrière de prétendues images de la guerre en Ukraine

Alors que l’invasion russe de l’Ukraine est en cours, la bataille de l’information se déroule en partie sur les réseaux sociaux. Des vidéos faussement présentées comme des images des combats ont été diffusées sur Facebook. Il s’agit de captures du jeu vidéo Arma 3, révèle Bloomberg. Retrouvez l’article sur notre site.

15 h 27 – En Suède, les appels à adhérer à l’Otan se multiplient

L’invasion de l’Ukraine par la Russie bouscule les fondements de la politique de sécurité de la Suède. La presse proche de l’opposition estime que le pays n’a plus les moyens de ne pas être allié militairement et qu’il faudrait adhérer au plus vite à l’Alliance atlantique. Retrouvez ici notre revue de presse.

15 h 20 – 10 000 militaires basés en Tchétchénie envoyés en Ukraine sur ordre de Kadirov

“Quelque dix mille militaires de la Rosgvardia de Tchétchénie s’apprêtent à partir pour l’Ukraine sur ordre [du président] Ramzan Kadyrov”, rapporte le site russe Eurasia Daily. La Rosgvardia, ou Garde nationale de la Fédération de Russie, a été créée en 2016 en vue, avant tout, de lutter contre le terrorisme et le crime organisé.

Dans son discours prononcé aujourd’hui à Grozny, le président Kadyrov a déclaré que ce sont les militaires tchétchènes qui “vont s’occuper des endroits les plus ‘chauds’”, selon le journal russe Gazeta.ru. Il les a appelés à “être prêts à tout pour garantir la sécurité de la région”.

14 h59 - Vu sur Twitter : seul contre les blindés

Une image, qui rappellera sans doute une scène devenue historique lors des manifestations à Pékin en 1989, circule sur le réseau. On y voit un homme qui, seul, tente d’empêcher tout un convoi militaire russe de passer sur une route du sud de l’Ukraine.

14 h 54 – L’Ukraine détruit un pont pour freiner l’avancée des chars russes

La journaliste d’Associated Press Francesca Ebel a posté cette vidéo filmée dans le nord de Kiev. “Voici le pont que l’Ukraine a détruit aujourd’hui pour bloquer l’avancée des chars russes. Vous pouvez voir des gens fuir la ville à pied à travers les ruines”, écrit-elle.

14 h 47 - Vu d’Ukraine - Nouveau rapport de situation

À 15 heures (heure locale), le live d’Oukraïnska Pravda a publié un nouveau rapport de situation :

* Les troupes russes ne parviennent pas à prendre Marioupol, elles ne font que bombarder des infrastructures civiles, selon le maire de Marioupol.

* L’armée russe aurait bombardé un orphelinat à Vorzel, dans la région de Kiev, avec 50 enfants. Personne n’a été blessé dans le bombardement.

* L’armée russe a tiré plusieurs roquettes sur les quartiers résidentiels de la ville d’Okhtyrka, dans l’oblast de Soumy. On ne connaît pas le nombre de blessés et de morts. Mais on dénombre des enfants gravement blessés, rapportent les représentants des autorités de l’oblast.

* Kiev est entrée en phase de défense, la situation est difficile, l’ennemi veut détruire la capitale, affirme le maire de Kiev Vitali Klitschko.

* Du matériel militaire ukrainien entre à Kiev pour défendre la ville.

14 h 45 – La Russie affirme avoir tué 200 hommes des forces spéciales ukrainiennes

Le ministère de la Défense, cité par le journal russe pro-Kremlin Vzgliad, a affirmé que des troupes russes parachutées avaient pris le contrôle de “la zone de l’aérodrome Gostomel”, à 25 km de la capitale ukrainienne. L’opération aurait mobilisé “200 hélicoptères” et permettrait désormais à l’armée russe de contrôler les accès à l’ouest de la ville.

Le même ministère de la Défense a également affirmé, par la voix de son porte-parole Igor Konachenkov, que “deux cent combattants nationalistes ukrainiens des forces spéciales avaient été tués”.

14 h 37 - Un ancien président ukrainien prêt à se battre

Interrogé par CNN, Petro Porochenko, ancien président d’Ukraine et rival malheureux de Zelensky lors de la dernière élection en 2019, a annoncé qu’il prenait la tête d’un bataillon “de trois cents hommes”, équipés d’armes légères et de “quatre missiles NLAW pour participer à la défense de la capitale.

14 h 20 – Poutine se dit prêt à entamer des négociations avec Zelensky

Dans un entretien téléphonique avec le président chinois Xi Jinping, Vladimir Poutine s’est dit “prêt à prendre part à des négociations avec l’Ukraine au sommet”, rapporte le journal en ligne pro-Kremlin Vzgliad. Le porte-parole du Kremlin a confirmé : “En réponse à la proposition du président ukrainien Volodymir Zelensky, Moscou est prêt à envoyer une délégation, à Minsk, pour entamer des négociations avec Kiev”, rapporte le journal russe Izvestia.

13 h 45 - Vu d’Ukraine - Un rapport de situation à la mi-journée

À 13 heures (heure locale, midi heure française), le live d’Oukraïnska Pravda a publié un premier rapport de situation contenant les informations suivantes :

• des militaires ukrainiens ont détruit une vingtaine de chars dans les environs de Tchernihiv [dans le nord du pays] ainsi qu’une colonne de BTR ennemis qui progressait vers Tchernihiv. Les pertes seraient d’à peu près 10 à 15 véhicules blindés. Les pertes en personnel restent à déterminer.

• à Marioupol, les combats se poursuivent dans toutes les directions, on signale une alerte aérienne à Rivne [nord-ouest du pays], des tirs à Ouchomyr, dans l’oblast de Jitomir [au nord-ouest de Kiev].

• l’armée ukrainienne a détruit des missiles de croisière russes près de Vinnytsia [dans le centre ouest du pays], déclare Serhiy Borzo, le maire de la ville.

• Les soldats ukrainiens ont éliminé un groupe d’infiltration ennemi à Obolon [un quartier de Kiev].

• Un pilote ukrainien a abattu un chasseur russe Su-35 au-dessus de Kharkiv.

Ce dernier fait d’arme a suscité l’enthousiasme de Moustafa Nayyem, ancien député ukrainien d’origine afghane, qui déclare sur Telegram : “Notre pilote a abattu un chasseur russe Su-35 au-dessus de Kharkiv. Je suis fier. Déjà, pour le deuxième jour, nous sommes fiers de notre armée. Bravo. Dans le calme, sans hystérie, sans pathos, ni propagande néfaste. Et nous tiendrons. Mais ça ne suffit pas. Cette guerre doit devenir le début de la fin du régime poutinien.”

13 h 41 – Zelensky demande à négocier

Le président de l’Ukraine Volodymir Zelensky a proposé au président de la Russie Vladimir Poutine de se mettre à la table des négociations”, rapporte le journal russe pro-Kremlin Vzgliad. Ce que confirme la télévision ukrainienne Espreso qui relaie le message vidéo de Volodymir Zelensky.

Dans son live, le New York Times le confirme également : “Dans son dernier message vidéo, le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’est exprimé en russe pour appeler le président Poutine à mettre un terme à la guerre. ‘Je veux à nouveau me tourner vers le président de la Fédération de Russie’, a-t-il dit. ‘Des combats font rage sur l’ensemble du territoire ukrainien. Asseyons-nous à la table des négociations afin d’empêcher un bain de sang’.”

13 h 35 – Reproches d’Ergodan à l’Otan et à l’UE

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a reproché ce matin à l’Otan, dont la Turquie est membre, et à l’Union européenne de ne pas avoir mené d’“action déterminée” après l’intervention de la Russie en Ukraine, rapporte Hurriyet Daily News, exprimant l’espoir que le sommet de l’Alliance atlantique prévue aujourd’hui “ne se limite pas à l’expression de condamnations”.

13 h 30 – Pour Bachar el-Assad, la guerre en Ukraine est “une correction de l’Histoire”

“Ce qui se passe aujourd’hui est une correction de l’Histoire et un retour à l’équilibre dans le monde après la dislocation de l’Union soviétique”, a déclaré le président syrien Bachar el-Assad lors d’un entretien téléphonique avec son homologue russe et allié Vladimir Poutine, rapporte le média syrien proche du régime Al-Watan, faisant porter à l’Occident “la responsable du chaos et des effusions de sang”.

12 h 52 – Déclaration d’Angela Merkel

“La guerre menée par la Russie marque une profonde rupture dans l’histoire de l’Europe.” C’est avec ses mots qu’Angela Merkel a condamné les actions du Kremlin en Ukraine, rapporte Die Welt, qui reprend l’agence de presse DPA. L’ancienne chancelière allemande a par ailleurs exprimé sa “solidarité” au président ukrainien Volodymir Zelensky, assurant qu’elle suivait la situation avec “inquiétude et compassion”. Ces derniers jours, plusieurs commentateurs allemands et autrichiens ont déploré le retrait de l’ancienne dirigeante, considérée comme l’une des seules Occidentales capable de dialoguer avec Vladimir Poutine.

12 h 45 – L’armée ukrainienne appelle l’ensemble de la population à s’enrôler

Selon toujours le journaliste Christopher Miller du BuzzFeedNews, “les forces armées ukrainiennes appellent désormais tous les volontaires, quel que soit leur âge, à combattre les Russes. Tout ce dont vous avez besoin c’est d’apporter votre passeport et vous êtes enrôlés, disent-ils”.

12 h 39 – Vidéo – Des rues de Kiev complètement désertes

Christopher Miller, journaliste de BuzzFeedNews vivant à Kiev, a posté sur Twitter cette vidéo en fin de matinée expliquant n’avoir jamais vu en douze ans la capitale “si vide et si sinistre”.

12 h 30 – Sean Penn à Kiev pour tourner un documentaire

Arrivé en début de semaine dans la capitale ukrainienne, l’acteur américain est en train de tourner un documentaire sur l’invasion de l’Ukraine pour le média américain Vice, avec la bénédiction du président ukrainien, Volodymyr Zelensky. Sean Penn n’en est pas à son coup d’essai, souligne le quotidien britannique The Guardian, qui rappelle qu’il s’est déjà illustré et mis en scène à plusieurs reprises sur des théâtres d’opérations à l’étranger. Il est venu “une première fois en Ukraine en novembre 2021, alors que la tension commençait à monter, pour faire des repérages pour son film”.

12 h 20 - Des drapeaux et des portables contre les chars russes

Le live du journal ukrainien Oukraïnska Pravda répercute ce message de la défense territoriale des forces armées ukrainiennes qui appelle les citoyens à bloquer les militaires et les blindés russes dans les rues de leurs villes : “Sortez avec des drapeaux ukrainiens dans les rues, filmez l’occupant russe avec les caméras de vos téléphones.”

12 h 12 – La guerre en Ukraine à la une de la presse internationale

 

Partout à travers le monde, les journaux consacrent leur une au déclenchement de la guerre en UkraineRetrouvez ici notre diaporama.

11 h 53 – Le journal officiel du Parti communiste cubain évoque de simples “tensions”

La dictature cubaine, alliée du Kremlin, n’avait toujours pas réagi officiellement ce matin à l’invasion de l’UkraineGranma, le journal officiel du Parti communiste de Cuba se contente de signaler : “Le monde a vécu jeudi des moments de tension.”

11 h 49 – Les habitants de Kharkiv appelés à se mettre aux abris

Le maire de la ville de Kharkiv, dans l’est de l’Ukraine, a appelé les habitants à se rendre dans les stations de métro, les abris antiaériens et les caves, rapporte The Guardian dans son live. Plus tôt, de puissantes explosions ont retenti dans la ville, assure un témoin à l’agence Reuters, et des frappes de missiles et des alertes aériennes sont signalées dans plusieurs villes du pays.

11 h 42 - Un bot pour lutter contre des signes mystérieux en Ukraine

Depuis hier, les autorités ukrainiennes mettent en garde dans les médias et sur les réseaux sociaux contre de mystérieux signes qui seraient laissés sur la chaussée, dans les villes et sur les routes, par des agents russes. Ils serviraient d’indicateurs pour des unités d’infiltration, par exemple. L’Ukraine vit dans l’angoisse d’une “Cinquième colonne” russe qui agirait sur les arrières des forces ukrainiennes. Par conséquent, rapporte le live du quotidien ukrainien en ligne Oukraïnska Pravda, “la Cyberpolice ukrainienne a créé un bot spécial pour traquer les marquages que les occupants laissent sur les routes”. L’annonce est accompagnée du message suivant : “Urgent ! […] Vous pouvez photographier ces signes et ils seront intégrés dans une base unifiée sur Google Maps. Prenez une photo avec ce bot et indiquez la géolocalisation : @ukraine_avanger_bot.”

11h 39 – Des milliers d’Ukrainiens affluent vers les frontières

Les Nations unies s’attendent à ce que le nombre de réfugiés en provenance d’Ukraine atteigne 4 millions “si la situation continue de se dégrader”, rapporte le Guardian dans son suivi live, sur la base d’une information de Reuters. “Des milliers de personnes fuient en ce moment la guerre en Ukraine et affluent en Pologne, Roumanie, Hongrie et Slovaquie”, ajoute le journal britannique, rappelant que les embouteillages à la frontière sont tels que “beaucoup d’entre eux sont contraints de patienter pendant des heures, dans un froid glacial”.

11 h 35 – Le régime vénézuélien accuse l’Otan

Dans un communiqué diffusé sur Twitter, le président vénézuélien Nicolás Maduro, principal allié du Kremlin en Amérique latine, se refuse à parler d’invasion de l’Ukraine : “Le Venezuela rejette l’aggravation de la crise en Ukraine due à la rupture des accords de Minsk par l’Otan.” Il ajoute cependant : “Nous lançons un appel à la recherche de solutions pacifiques entre les parties.”

11 h 26 – La finale de la Ligue des champions déménagée au Stade de France

Après le déclenchement de la guerre en Ukraine, l’UEFA a annoncé ce matin qu’elle déplacerait au Stade de France à Saint-Denis la finale de la Ligue des Champions de football, initialement prévue à Saint-Pétersbourg, rapporte The Washington Post. Elle se tiendra le 28 mai.

11 h 16 – La Russie entend riposter aux sanctions occidentales

“En riposte aux sanctions antirusses, la Russie a préparé un paquet de sanctions anti-occidentales qui ont vocation à frapper les ‘maillons faibles’ de l’Occident qui sont bien connus de nous”, a annoncé la présidente du Sénat russe Valentina Matvienko, citée par le journal russe Izvestia. Par conséquent, “les sanctions russes ne seront pas ‘un miroir’”, des mesures prises par les Occidentaux.

11 h 03 - Les sirènes retentissent à Kiev

Sur son site, la chaîne de télévision en ligne Espreso TV annonce que depuis 11 h 18 (heure locale), les sirènes d’alerte aérienne résonnent dans la capitale ukrainienne, qui a fait l’objet de plusieurs frappes de missiles et de bombardements aériens pendant la nuit.

10 h 38 – Les forces russes dans la banlieue de Kiev

Alors que les troupes russes sont arrivées dans le quartier d’Obolonsky, le ministère de la Défense ukrainien a appelé les civils à rester chez eux et à fabriquer des cocktails Molotov. Ce quartier se trouve à environ 10 km du centre de Kiev, précise The Kyiv Independent sur son compte Twitter.

10 h 28 – Les avions britanniques interdits d’entrer dans l’espace aérien russe

Rosaviatsia, l’agence fédérale russe du transport aérien, “a interdit [ce matin] aux avions britanniques ou ayant un lien avec le Royaume-Uni d’atterrir en Russie et de traverser l’espace aérien russe”, rapporte le quotidien moscovite Kommersant. Il s’agit d’“une réponse à l’interdiction faite aux avions d’Aeroflot d’effectuer des vols vers le Royaume-Uni”, annoncée le 24 février par Londres.

10 h 20 – Moscou annonce la destruction de 118 sites militaires ukrainiens

Igor Konachenkov, porte-parole du ministère de la Défense russe a annoncé ce matin, cité par le journal russe pro-Kremlin Vzgliad, que “les forces armées russes ont détruit 118 sites d’infrastructures militaires ukrainiennes”, soit 44 de plus qu’hier soir. Le porte-parole a ajouté que “cinq avions militaires, un hélicoptère, cinq drones, 18 tanks et blindés, sept systèmes de lance-roquettes, 41 véhicules militaires et cinq bateaux de combat” avaient également été détruits.

10 h 04 – Kiev se prépare à l’arrivée des blindés russes

Des explosions ont été entendues ce matin à Kiev au lendemain de l’attaque déclenchée par Vladimir Poutine en Ukraine, rapporte The Guardian dans son live. Selon le journal britannique, l’Ukraine s’attend à ce que les blindés russes passent à l’offensive contre la capitale aujourd’hui. Le président Zelensky a déclaré plus tôt la mobilisation générale.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article