Alain Krivine, figure de l’extrême gauche française, est mort

Publié le par Le Point

Figure de l’extrême gauche, Alain Krivine avait participé à la fondation de la LCR en 1974, avant de rallier le Nouveau Parti anticapitaliste en 2006.

Alain Krivine est mort samedi 12 mars 2022 à Paris, à l'âge de 80 ans. © FREDERIC CHARMEUX / MAXPPP / PHOTOPQR/LA DEPECHE DU MIDI/MAXP

Alain Krivine est mort samedi 12 mars 2022 à Paris, à l'âge de 80 ans. © FREDERIC CHARMEUX / MAXPPP / PHOTOPQR/LA DEPECHE DU MIDI/MAXP

Alain Krivine, figure mythique de l'extrême gauche française, est décédé samedi 12 mars à Paris, à l'âge de 80 ans. C'est son épouse qui a informé l'Agence France-Presse (AFP). Chef de file du trotskisme en France, Alain Krivine fut le leader pendant trois décennies de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) qu'il a cofondée en 1974. Enfant de Mai 68, il se présenta aux élections présidentielles de 1969 et 1974.

« Je t'entends encore dire que la plus belle manière de célébrer la mémoire des disparus est de perpétuer leur combat. […] Le faire sans toi n'aura plus jamais la même saveur », a réagi sur Twitter Olivier Besancenot qui milita à la LCR puis au Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) aux côtés de M. Krivine. « Émotion et chagrin. Une pensée affligée à sa famille et salut fraternel à tout le mouvement trotskiste », a pour sa part commenté le candidat Insoumis à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon.

Né le 10 juillet 1941 à Paris, Alain Krivine est issu d'une famille de la petite bourgeoisie juive, immigrée d'Europe centrale. Biberonné comme ses frères aux mouvements étudiants communistes, il est l'un des fondateurs, en 1966, de la Jeunesse communiste révolutionnaire (JCR), et devient l'une des figures de Mai 68, aux côtés de Daniel Cohn-Bendit, Jacques Sauvageot et Alain Geismar. Son activisme lui vaut alors d'être emprisonné un mois à la Santé et entraîne la dissolution de la JCR.

Il est ensuite désigné par la Ligue communiste, fraîchement créée, comme candidat à l'élection présidentielle de 1969, obtenant 1,06 % des suffrages. Il se présente également en 1974, à la tête de la LCR, mais échoue avec 0,37 % des suffrages. Journaliste à l'hebdomadaire Rouge, l'organe du parti, et député européen entre 1999 et 2004, il démissionne du bureau politique de la LCR en 2006, tout en restant porte-parole du mouvement jusqu'à sa dissolution en 2009.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article