D'après les Américains, des troupes russes refusent de se battre

Publié le par Le Figaro

Selon le New York Times qui cite une source au Pentagone, des soldats russes ont commencé à se rendre ou à saboter leurs propres véhicules.

D'après les Américains, des troupes russes refusent de se battre

De premières défections parmi les troupes russes engagées en Ukraine ? C'est en tout cas ce que rapporte le New York Times , qui indique que des unités entières de l'armée russe auraient rendu les armes sans combattre, ou saboté leurs propres véhicules.

La source du journal, un gradé de l'état-major américain, affirme que le renseignement des États-Unis aurait eu vent de plusieurs convois entiers qui auraient rendu les armes, confrontés à la fois à une résistance ukrainienne plus vive que prévu, ainsi qu'à un manque crucial de vivres et de carburants, à quoi s'ajoute un trop faible entraînement des troupes.

Ce serait en particulier le cas de l'une des colonnes de blindés faisant route vers Kiev. Cela alors que, toujours selon le Pentagone, environ 80 % des troupes massées par le Kremlin à la frontière avec l'Ukraine ont désormais pris part aux combats. Les officiers auraient donné l'ordre de détruire les véhicules et de se rendre sans opposer de résistance.

De nombreux analystes ont mis en doute les capacités logistiques des soldats russes, avant même que ne démarre l'offensive jeudi 24 février. La nécessité d'organiser un important convoi de vivres et de munitions pour venir en soutien des troupes qui sont en passe désormais d'encercler Kiev constituerait également une vulnérabilité pour l'armée russe, en plus d'un ralentissement des opérations militaires.

Dans Le Figaro, le politiste et spécialiste de stratégie militaire Joseph Henrotin évoquait également de probables défections dans les deux camps, notamment au regard du risque de corruption d'une partie des officiers, tant du côté ukrainien que russe.

Les images de défections ou de redditions sans combat sont mises en exergue par la propagande militaire des deux camps. Ainsi, les médias ukrainiens diffusent depuis plusieurs jours les images de matériels et de véhicules de combat, prétendument abandonnés par les combattants russes.

Des redditions mises en scène par la propagande de guerre

La journaliste ukrainienne Anastasiia Lapatina a par exemple partagé les images de soldats russes qui se seraient vus offrir du thé et des pâtisseries, ainsi qu'un coup de téléphone avec leur mère, après s'être rendus aux Ukrainiens. Elle a souligné, pour expliquer cette propension à se rendre sans combattre, le jeune âge des Russes.

À l'inverse, et contrairement par exemple à l'histoire d'abord propagée d'une résistance héroïque, le ministère ukrainien de la Défense a confirmé que les troupes défendant l'île des Serpents sont en réalité aux mains de l'armée russe et sont encore en vie.

Dans cette guerre où la communication est l'une des armes principales des deux belligérants, la mise en scène de redditions sert à démoraliser les troupes adverses autant qu'à prouver l'humanité de son camp. Ce mercredi, l'Ukraine a par exemple garanti aux mères de soldats russes capturés par les Ukrainiens qu'elles pourraient venir chercher leurs fils en passant par un checkpoint, et a même publié une liste de noms et d'adresses mail pour identifier ces soldats - confirmant un message posté dès samedi par le ministre des Affaires étrangères ukrainiens, Dmytro Kuleba, intimant aux « mères, épouses [et] filles de soldats russes [de] ramener [leurs] hommes à la maison ». Le tweet se voulait une alerte aux populations russes : « Votre pouvoir vous ment. »

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article