Election présidentielle 2022 : les patrimoines et les intérêts des douze candidats publiés

Publié le par Le Monde avec AFP

On apprend de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, entre autres, que le patrimoine de Valérie Pécresse s’établit à 9,7 millions d’euros, et qu’Emmanuel Macron a touché 196 000 euros de revenus en 2021 pour sa fonction de chef de l’Etat.

Election présidentielle 2022 : les patrimoines et les intérêts des douze candidats publiés

Ils seront bientôt égaux en temps de parole, mais ils ne le sont pas en patrimoine. Les déclarations des biens et participations des candidats à l’Elysée ont été dévoilées, mardi 8 mars, par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique. On y apprend notamment que le patrimoine d’Emmanuel Macron s’élève à environ un demi-million d’euros, contre 1,2 million pour Marine Le Pen, 4,2 millions pour Eric Zemmour ou encore 9,7 millions pour Valérie Pécresse.

Immobilier, biens supérieurs à 10 000 euros, voitures, comptes bancaires, mais aussi participations dans le capital de sociétés, dettes éventuelles, et encore activités professionnelles des cinq dernières années : chacun des douze candidats a dû remplir ces rubriques et remettre ses déclarations, certifiées sur l’honneur, au Conseil constitutionnel avant vendredi 4 mars au soir. C’était l’une des conditions, avec celles liées aux 500 parrainages, pour pouvoir concourir au premier tour de l’élection présidentielle, qui aura lieu le 10 avril.

Le prêt hongrois de Marine Le Pen confirmé

La publication de la HATVP confirme également le prêt de 10,6 millions concédés par une banque hongroise au bénéfice de Marine Le Pen pour sa campagne présidentielle. Le prêt court sur seize mois et provient de l’établissement MKB.

Ce n’est pas la première fois que les patrimoines des candidats à l’Elysée sont révélés, le premier exercice remontant à 2017, mais c’est une première pour le recueil et la publication de leurs déclarations d’intérêts et d’activités, en vertu de la loi de moralisation de la vie publique de 2017.

Ce n’est pas la première fois que les patrimoines des candidats à l’Elysée sont révélés, le premier exercice remontant à 2017, mais c’est une première pour le recueil et la publication de leurs déclarations d’intérêts et d’activités, en vertu de la loi de moralisation de la vie publique de 2017.

Cette publication permet par exemple de connaître les rémunérations que certains candidats ont obtenues au titre des mandats qu’ils exercent. Ainsi, en 2021 :

  • Emmanuel Macron a touché 196 000 euros (net imposable, tenant compte de l’avantage en nature du logement) en tant que chef de l’Etat ;
  • Anne Hidalgo, 55 000 euros (net, déduction faite du prélèvement à la source) en tant que maire de Paris ;
  • Valérie Pécresse, 54 000 euros (net) comme présidente de la Région Ile-de-France, 1 000 euros comme conseillère communautaire ;
  • Yannick Jadot, 108 000 euros (brut) en tant qu’eurodéputé ;
  • Nicolas Dupont-Aignan, 69 000 euros en tant que député, 1 400 euros comme conseiller municipal et 1 200 comme conseiller communautaire ;
  • Jean-Luc Mélenchon, 71 000 euros en tant que député ;
  • Marine Le Pen, 70 000 euros (net imposable) en tant que députée, qui s’ajoutent aux 60 000 euros reçus comme présidente du Rassemblement national ; élue en juin conseillère départementale, elle déclare également 20 000 euros annuels pour ce poste ;
  • Fabien Roussel, 70 000 euros (imposable) comme député, 1 300 euros comme conseiller municipal, 2 100 euros comme conseiller communautaire ;
  • Jean Lassalle, 93 000 euros comme député.

Le Conseil constitutionnel a transmis ces déclarations à la HATVP, chargée de les publier – mais non de les contrôler –, pour ne pas « porter atteinte à l’égalité devant le suffrage ».

Cependant, dix des douze candidats ont de fait déjà été soumis au contrôle de cette instance indépendante. Emmanuel Macron a déjà remis une déclaration de situation patrimoniale de fin de mandat et la HATVP a jugé que la variation de celle-ci depuis son entrée à l’Elysée en 2017 ne présentait « pas de caractère anormal ». Fabien Roussel, Jean Lassalle, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon et Nicolas Dupont-Aignan ont été contrôlés pour leurs mandats de députés notamment, Yannick Jadot pour celui qu’il a exercé en tant qu’eurodéputé, Valérie Pécresse et Anne Hidalgo pour ceux de présidentes de région.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article