Guerre en Ukraine : À Kiev, l'inquiétude et l'effroi après l'attaque russe de la centrale nucléaire de Zaporijia

Publié le par franceinfo par Omar Ouahamane, Gilles Gallinaro - franceinfo Radio France

L'Ukraine s'est réveillée vendredi en apprenant l'attaque russe de la centrale nucléaire de Zaporijia pendant la nuit. À Kiev, les habitants sont inquiets. 

Capture d'écran prise le 4 mars 2022 d'une séquence de l'autorité nucléaire de Zaporijia montre une vue large de la centrale nucléaire ukrainienne pendant l'attaque russe.  (AFP)

Capture d'écran prise le 4 mars 2022 d'une séquence de l'autorité nucléaire de Zaporijia montre une vue large de la centrale nucléaire ukrainienne pendant l'attaque russe. (AFP)

La centrale de Zaporijia, dans le centre de l'Ukraine, a été touchée dans la nuit du du 3 au 4 mars par des frappes russes. Un incendie s’est déclaré, avant d'être éteint dans la matinée de vendredi. Malgré l'attaque, les niveaux de radioactivité restent inchangés, selon les autorités. "J'ai suivi la situation jusqu'à 4 heures du matin et je suis toujours très inquiet", explique Pavlo, 42 ans, metteur en scène à Kiev. Comme de nombreux habitants de la capitale, l'annonce de l'attaque de la centrale de Zaporijia l'a terrorisé.

"Je n'ai pas de pastilles d'iode à la maison. Avec mes amis, on essaie de s'en procurer", poursuit Pavlo. "Quand je suis arrivé à Kiev, je leur ai dit : que pourrions nous faire en cas de menace nucléaire ? Comment fuir ? Comment se protéger ?' Car ça peut arriver." La catastrophe nucléaire de Tchernobyl, en 1986, est dans toutes les mémoires. Larissa, une habitante du centre ville, est sortie prendre l'air quelques minutes. "Nous avons appris la nouvelle ce matin, en nous réveillant. Ça aurait pu être une énorme catastrophe, pire que Tchernobyl."

"J'ai évidemment très peur, mais je pense que tout le monde devrait avoir peur, y compris le reste du monde. Il faut multiplier les contrôles et garantir la sécurité de la centrale. Sinon, tout le monde pourrait mourir." Larissa, une habitante de Kiev à franceinfo

Il y a la peur de l'accident nucléaire, mais également la peur de voir la Russie contrôler à terme l'ensemble de la production d'électricité de l'Ukraine. La centrale ciblée par des tirs représente un cinquième de la consommation du pays. "Bien sûr que je suis inquiet, ajoute un habitant de Kiev, nous pourrions nous retrouver sans électricité, sans lumière ou sans chauffage. C'est une perspective qui m'effraie. Il va se servir de cette centrale nucléaire comme un moyen de pression pour pousser notre gouvernement à capituler et j'espère qu'il ne le fera jamais."

Jour après jour, l'armée russe resserre l'étau sur son voisin ukrainien et réveille les pires cauchemars.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article