Guerre en Ukraine : centrales nucléaires, civils… ce que se sont dit V. Poutine et E. Macron

Publié le par La Voix du Nord Avec AFP

Lors de l’entretien téléphonique d’1 h 45, le président français Emmanuel Macron s’est à nouveau entretenu avec son homologue russe Vladimir Poutine - PHOTOS AFP

Lors de l’entretien téléphonique d’1 h 45, le président français Emmanuel Macron s’est à nouveau entretenu avec son homologue russe Vladimir Poutine - PHOTOS AFP

Atteindre ses « objectifs » par la « négociation » ou par « la guerre »

Vladimir Poutine a affirmé au téléphone ce dimanche à Emmanuel Macron qu’il «  atteindrait ses objectifs » en Ukraine «  soit par la négociation, soit par la guerre ». Les objectifs sont « ce qu’il appelle la dénazification et la neutralisation de l’Ukraine » ainsi que la reconnaissance de l’indépendance de la Crimée et du Donbass. Exigences qui sont, selon Paris, « inacceptables pour les Ukrainiens ». Emmanuel Macron a trouvé le président russe « très déterminé ».

Pas « l’intention » d’attaquer les centrales nucléaires

Lors de l’entretien téléphonique d’1 h 45, le président français a réitéré sa « grave préoccupation » pour la sécurité des sites nucléaires, après le bombardement le 4 mars de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporojie, la plus grande d’Europe. Il a insisté sur « l’impératif que des mesures concrètes soient prises pour y répondre », a dit l’Elysée dans un communiqué.

Vladimir Poutine a pour sa part assuré qu’il « n’était pas dans son intention de procéder à des attaques des centrales nucléaires » et s’est dit « prêt à respecter les normes de l’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique) pour la protection des centrales », a déclaré française la présidence à la presse.

Le président russe a donné son accord pour « qu’un dialogue s’engage entre AIEA, Ukraine et Russie pour que les centrales soient mises en sécurité », a précisé Paris.

Les civils « pas pris pour cibles », ce qui constiturait un « crime de guerre »

Vladimir Poutine a aussi de nouveau « nié que son armée prenne des civils pour cibles », alors que le président français lui demandait de ne pas les mettre en danger, conformément au droit international. Et il a réaffirmé que « la responsabilité revenait aux Ukrainiens de laisser partir la population des villes encerclées ».

« L’armée qui attaque est l’armée russe », lui a répondu Emmanuel Macron, en demandant de nouveau à son homologue russe de cesser ses opérations militaires. Il a aussi affirmé n’avoir « pas de raison de croire que les armées ukrainiennes mettaient les civils en danger ».

Les conseillers de l’Elysée ont précisé qu’ils voyaient des images de civils bombardés, « ce qui peut entrer dans la catégorie des crimes de guerre », renvoyant toutefois sur la Cour pénale internationale qui a ouvert une enquête sur la situation en Ukraine.

Nouvelles sanctions ?

« Il n’est pas impossible nous prenions de nouvelles sanctions prochainement », a annoncé l’Elysée, sans préciser si elles pourraient aller jusqu’à limiter les importations de gaz et de pétrole russe, dont dépendent plusieurs pays européens.

L’UE envisage en tout cas de recourir à ses réserves stratégiques « pour éviter qu’une flambée des prix encore plus impressionnante », précise Paris. Mais « nous ne craignons pas aujourd’hui pour notre approvisionnement », assure l’Elysée.

« L’objectif reste non pas de faire la guerre à la Russie mais de faire changer Vladimir Poutine de calcul », ont répété les conseillers d’Emmanuel Macron. Sur le terrain, « plus le conflit dure, plus le risque de voir des formes de guerre brutale augmente », s’inquiètent-ils.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article