Guerre en Ukraine : "La Russie est très mal comprise en Europe", estime un Français qui vit à Moscou

Publié le par franceinfo par Virginie Pironon Radio France

Ils se sont très peu exprimés jusqu'à présent : les Français qui vivent à Moscou et qui n'ont pour l'instant aucune intention de quitter le pays. Même s'ils se disent très choqués par cette guerre, cela ne remet pas en question leur présence en Russie.

Image d'illustration. Des passants dans une rue de Moscou, en mars 2022. (AFP)

Image d'illustration. Des passants dans une rue de Moscou, en mars 2022. (AFP)

Aurélien* vit à Moscou depuis plus de 20 ans. Selon lui, les pays occidentaux ont tendance à oublier une chose : dans l'esprit des Russes, Vladimir Poutine est celui qui a remis le pays sur des rails. "Même si aujourd'hui, c'est un homme fatigué, qui commence à montrer des signes de faiblesse, et qu'il devient un dictateur plus précisément qu'il ne l'était au début, il garde une certaine cote de popularité." 

Si personne ne peut être d'accord avec une guerre, ajoute-t-il, cet entrepreneur essaye de comprendre les raisons de Vladimir Poutine.

"Ça fait mal au coeur, c'est impensable, mais je pense qu'il a été poussé à bout et à un moment, il s'est dit : 'Bon vous ne m'avez pas écouté, je vous avais dit que je le ferais, bah je le fais maintenant !'" Aurélien*, Français à Moscou à franceinfo

Alexis Saporta, lui, a deux sociétés à Moscou, qu'il développe depuis six ans. Et il fait le constat suivant : "La Russie est très mal comprise en Europe. Ce qui me gêne, c'est le fait que ce soit manichéen : c'est tout blanc ou tout noir, alors qu'en réalité ce n'est pas le cas." Et il décrit dans ses relations avec les Russes des rapports plutôt complexes.

"Si certains Russes que je connais sont clairement contre ce conflit, ils ont en même temps un profond respect pour leur pays. Donc si on commence à critiquer, ils se braquent un peu, donc j'évite le sujet." Alexis Saporta, Français à Moscou à franceinfo

"On va leur montrer !"

Et attention aux sanctions contre la Russie qui pourraient être contre-productives pour les pays occidentaux, estime Aurélien. "Ça risque d'être complètement l'inverse ! C'est-à-dire que les Européens se disent : plus on va faire de la russophobie, plus on va les handicaper, car ils ne pourront plus participer aux Olympiades paralympiques, etc. Plus on va faire ça et plus les Russes se diront : c'est à cause de Poutine, il faut renverser le pouvoir ! En fait non, les Russes vont se dire : les Européens se moquent de nous, ils nous empêchent de faire des trucs complètement absurdes, on va leur montrer !"

Et tant pis si les entreprises françaises plient bagages, continue Aurélien. Les Russes feront sans, et l'activité économique du pays finira tant bien que mal par repartir.

*Le prénom a été modifié

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article