Guerre en Ukraine : Vladimir Medinski, tout savoir sur l’homme derrière les pourparlers

Publié le par CNEWS

Mis sur le devant de la scène en tant que «négociateur» russe dans les pourparlers avec l’Ukraine, Vladimir Medinski fait aujourd’hui partie des proches conseillers de Vladimir Poutine.

Vladimir Medinski a été ministre de la Culture en Russie de 2012 à 2020. [Wikimedia Commons]

Vladimir Medinski a été ministre de la Culture en Russie de 2012 à 2020. [Wikimedia Commons]

La scène internationale ne le connaît pas encore très bien. Et pour cause, cet homme d’origine ukrainienne est entré dans le gouvernement russe en 2012, en tant que ministre de la Culture. Un poste qu’il a occupé pendant huit années. Ses fonctions ont été largement critiquées par l’opposition russe, certains le surnommait même «Propagandon». 

Durant son mandat ministériel, Vladimir Medinski a montré sa relation très particulière à l’art. En janvier 2014, il estimait que l’art contemporain pouvait se résumer avec trois termes, «le barbouillé, le froissé et l’incompréhensible», rapporte Le Monde. 

Nombreux sont les professionnels de la culture russe à avoir fait les frais des idées conservatrices de cet oligarque. Selon Franceinfo, en 2015, alors que Vladimir Medinski est toujours ministre de la Culture, le directeur d’un théâtre de Sibérie, a été licencié après la mise en scène d’une version érotique d’un opéra de Richard Wagner

Dans le même esprit, Léviathan, d’Andreï Zviaguintsev, est sorti en Russie en 2015, dans une version censurée, sans les nombreux jurons présents dans cette œuvre. Ce film, qui dépeint un portrait peu glorieux de la Mère Patrie où alcoolisme et corruption règnent en maîtres, avait pourtant était récompensé du César du meilleur scénario en 2014, du Golden Globe du meilleur film en langue étrangère en 2015, et avait été nommé pour l’Oscar du meilleur film en langue étrangère, en 2015 également. 

Une glorification de l’histoire nationale russe

«La Russie s'est retrouvée dans un entre-deux, entre héritage communiste et néolibéralisme. Faute de rattachement traditionnel à la gauche ou à la droite, ils ont pris la mémoire historique comme idéologie», a analysé pour Franceinfo Emilia Koustova, spécialiste d'histoire et de civilisation russe et soviétique. 

Pour preuve, Vladimir Medinski a participé à la réhabilitation de Joseph Staline en érigeant des bustes de cet ancien dictateur de l’URSS dans plusieurs villes de la Russie actuelle. Une décision qui fait grandir la rumeur selon laquelle Vladimir Poutine souhaiterait revenir à l’époque stalinienne.

«L'amnésie historique est favorisée par la politique de mémoire ambiguë du pouvoir russe, qui conjugue la mythification du passé soviétique avec une justification cachée de ses crimes ou a minima une volonté de diminuer leur ampleur», expliquait le sociologue russe Lev Goudkov à l’AFP en 2018. 

Pour le Kremlin, l’URSS a eu un «rôle décisif» durant la Seconde Guerre Mondiale pour vaincre l’Allemagne Nazie, comme l’affirmait Vladimir Medinski au Figaro en 2020. En Russie, cela est d’ailleurs appelé «la grande guerre patriotique».

Bien qu’il ait quitté le gouvernement en 2020, après un remaniement, Vladimir Medinski reste encore aujourd’hui proche du président russe. En témoigne le rôle stratégique que lui a donné Vladimir Poutine dans la guerre en Ukraine

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article