Le Kremlin appelle les Russes à « s’unir autour » de Vladimir Poutine

Publié le par La Presse

(Moscou) Le Kremlin a estimé vendredi que l’heure était à l’union autour du président Vladimir Poutine, au neuvième jour de l’invasion de l’Ukraine.

PHOTO ALEXEY NIKOLSKY, AGENCE FRANCE-PRESSE  Vladimir Poutine

PHOTO ALEXEY NIKOLSKY, AGENCE FRANCE-PRESSE Vladimir Poutine

« Ce n’est pas le moment de se diviser, c’est le moment de s’unir. Et s’unir autour de notre président », a estimé le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, lors d’un breffage à la presse, interrogé sur des appels de personnalités de la culture opposées à la guerre.  

« Il y a en effet des débats passionnés parmi les acteurs de la culture. Il y a ceux qui soutiennent le président, soutiennent le président sincèrement. Et il y a ceux qui ne comprennent pas ce qui se passe », a-t-il dit estimant qu’il fallait « leur expliquer les choses patiemment ».

De nombreuses pétitions citoyennes circulent contre la guerre, parmi elles celles de personnalités de la culture, mais aussi de professionnels de la médecine.  

Les autorités russes ont donné un tour de vis intérieur dans la foulée de l’invasion de l’Ukraine, avec notamment la fermeture de médias indépendants, des blocages de site internet et l’adoption en cours d’amendements législatifs introduisant des peines de prison pour les personnes jugées coupables de distribution d’« informations mensongères » sur l’armée.

Concernant le conflit en Ukraine lui-même, le porte-parole du Kremlin a indiqué que M. Poutine n’avait pas prévu de parler au président ukrainien, estimant que les pourparlers de la veille devaient se poursuivre dans ce format impliquant des représentants des présidences.

« Ces négociations sont un bon moyen de faire passer à la partie ukrainienne notre vision du problème », a dit M. Peskov.

Enfin, le président russe ne compte pas avoir de discussion avec son homologue américain, Joe Biden.  

« Une telle conversation n’est pas prévue. Il est difficile de considérer actuellement ces partenaires comme des interlocuteurs », a dit M. Peskov, alors que la Russie accuse l’Occident en général et les États-Unis d’instrumentaliser l’Ukraine contre Moscou et d’en avoir fait une menace stratégique pour le Kremlin.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article