Présidentielle : Marion Maréchal officialise son soutien à Éric Zemmour

Publié le par France Inter par la rédaction numérique de France Inter

Dans un entretien à Valeurs actuelles, la nièce de Marine Le Pen dit considérer l'ancien polémiste comme le mieux placé pour abattre "le mur électoral" qui a empêché jusqu'ici l'extrême droite d'accéder au pouvoir.

"J’ai pris la décision de soutenir Éric Zemmour pour l’élection présidentielle", annonce Marion Maréchal dans une interview à Valeurs actuelles © AFP / Daniel Pier / Clément Mahoudeau

"J’ai pris la décision de soutenir Éric Zemmour pour l’élection présidentielle", annonce Marion Maréchal dans une interview à Valeurs actuelles © AFP / Daniel Pier / Clément Mahoudeau

Le ralliement de Marion Maréchal à Éric Zemmour n'était plus, depuis quelques semaines, qu'un secret de polichinelle. À un peu plus d'un mois du premier tour de l'élection présidentielle, il est désormais officiel. "Je rejoins le candidat que je considère aujourd’hui être le mieux placé pour mener les idées que j’ai toujours défendues à la victoire", justifie la nièce de Marine Le Pen dans une interview accordée ce dimanche 6 mars à Valeurs actuelles, quelques heures avant de s'afficher publiquement avec Éric Zemmour lors d'un meeting à Toulon, devant près de 8000 personnes. 

"Combat civilisationnel"

L'ex-députée FN du Vaucluse, en retrait de la vie politique depuis 2017, explique partager avec Éric Zemmour son "combat civilisationnel". Marion Maréchal estime que l'ancien polémiste a réussi à orchestrer le rassemblement des droites en attirant des électeurs RN et LR. Et qu'il est à ce titre le mieux placé pour "abattre le mur électoral" qui a empêché jusqu'ici l'extrême droite de se hisser au pouvoir. 

Anticipant cette annonce, Marine Le Pen avait pris les devants, samedi. "La pauvre Marion est transformée en sorte de bouée de sauvetage d’une campagne qui est en train de s’effondrer sur elle-même", a lancé la candidate RN devant la presse lors d'un déplacement au Grau-du-Roi, dans le Gard. "C’est dommage parce qu’elle mérite mieux que ça". Fin janvier, dans les colonnes du Figaro, Marine Le Pen avait évoqué que le soutien de sa nièce à son concurrent direct était "brutal, violent, difficile" pour elle.

Un sondage Ipsos publié le 5 mars attribue à Marine Le Pen 14,5% des intentions de vote au premier tour, soit un point et demi devant Éric Zemmour, qui perd deux points par rapport au mois précédent. Emmanuel Macron est donné en tête (30,5%). Jean-Luc Mélenchon (12%) et Valérie Pécresse (11,5) occupent respectivement la 4e et 5e place. 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article