Boutcha : la Russie devra « répondre de ces crimes », lance Macron

Publié le par Le Point Source AFP

Boutcha et la ville voisine d’Irpin, rendues méconnaissables par les bombardements, ont été le théâtre de certains des combats les plus féroces.

Boutcha : la Russie devra « répondre de ces crimes », lance Macron

Des dizaines et des dizaines de corps sans vie sur la voie publique… « Le massacre de Boutcha était délibéré », a dénoncé dimanche 3 avril le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kouleba au lendemain de la découverte de nombreux cadavres dans cette ville au nord-ouest de Kiev, tout juste reprise à l'armée russe. « Le massacre de Boutcha était délibéré. Les Russes veulent éliminer autant d'Ukrainiens qu'ils le peuvent. Nous devons les arrêter et les mettre dehors. J'exige de nouvelles sanctions dévastatrices du G7 maintenant », a-t-il écrit sur Twitter.

Le président Macron ainsi que le ministre français des Affaires étrangères n'ont pas tardé à condamner « avec la plus grande fermeté » les actes commis par l'armée russe contre des civils dans plusieurs villes ukrainiennes et appelé à ce que « leurs responsables soient jugés et condamnés ». « J'ai pris connaissance des informations faisant état d'exactions massives commises par les forces russes dans des villes ukrainiennes qu'elles occupaient ces dernières semaines, en particulier dans la localité de Boutcha. Je condamne avec la plus grande fermeté de tels actes constitutifs, s'ils sont confirmés, de crimes de guerre », a déclaré le ministre Jean-Yves Le Drian dans un communiqué. « Nous travaillerons, en lien avec nos partenaires, les autorités ukrainiennes et les juridictions internationales compétentes, notamment la Cour pénale internationale, pour que ces actes ne restent pas impunis et que leurs responsables soient jugés et condamnés », a-t-il ajouté.

Le président du Conseil européen, Charles Michel, a également accusé l'armée russe d'avoir commis des « atrocités » dans la région de Kiev, réclamant plus de sanctions à l'encontre de Moscou. « Choqué par les images obsédantes des atrocités commises par l'armée russe dans la région libérée de Kiev », a écrit Charles Michel sur Twitter, en mentionnant le hashtag « #BuchaMassacre », du nom de la localité ukrainienne reprise aux Russes, où près de 300 personnes ont été enterrées dans des fosses communes. « L'UE aide l'Ukraine et des ONG à rassembler les preuves nécessaires pour des poursuites devant les cours internationales », a précisé le président du Conseil européen.

La ministre britannique des Affaires étrangères Liz Truss a quant à lui dénoncé les « actes révoltants » commis par l'armée russe contre des civils en Ukraine, notamment à Irpin et Boutcha dans la région de Kiev, réclamant une « enquête pour crimes de guerre ». « Alors que les troupes russes sont contraintes de battre en retraite, nous voyons de plus en plus en plus de preuves des actes révoltants commis par les forces d'invasions dans des villes comme Irpin et Boutcha », a déclaré Liz Truss dans un communiqué. Ces « attaques indiscriminées contre des civils innocents » doivent faire l'objet d'une « enquête pour crimes de guerre », a-t-elle ajouté.

De son côté, le vice-chancelier et ministre allemand de l'Économie, Robert Habeck, a dénoncé un « terrible crime de guerre » et a souhaité que de nouvelles sanctions économiques soient adoptées par les pays de l'UE contre la Russie. « Ce terrible crime de guerre ne peut pas rester sans réponse », a affirmé l'écologiste au journal allemand Bild. « Je pense qu'un renforcement des sanctions est indiqué. C'est ce que nous préparons avec nos partenaires de l'UE », a-t-il ajouté. Antony Blinken, le secrétaire d'État des États-Unis, a fustigé « un coup de poing à l'estomac » et a appelé à l'arrêt immédiat de la barbarie.

Les corps de 410 civils retrouvés dans les territoires récemment libérés près de Kiev

« Région de Kiev. L'enfer au XXIe siècle. Les corps d'hommes et de femmes qui ont été tués avec les mains liées. Les pires crimes du nazisme sont de retour en Europe. Ceci a été fait délibérément par la Russie », a tweeté de son côté un conseiller de la présidence ukrainienne, Mykhaïlo Podoliak. L'AFP a vu samedi les corps sans vie d'au moins vingt hommes portant des vêtements civils gisant dans une rue de Boutcha. L'un des hommes avait les mains liées et les cadavres étaient éparpillés sur plusieurs centaines de mètres. On ne pouvait dans l'immédiat déterminer la cause de leur mort, mais une personne présentait une large blessure à la tête.

« Tous ces gens ont été fusillés », « ils (les Russes) les tuaient d'une balle dans la nuque », a assuré à l'AFP le maire de Boutcha, Anatoly Fedorouk. « À Boutcha, nous avons déjà enterré 280 personnes dans des fosses communes » car il était impossible de le faire dans les trois cimetières de la municipalité, tous à portée de tir des militaires russes, a ajouté Anatoly Fedorouk. Les forces ukrainiennes n'ont pu complètement pénétrer qu'il y a quelques jours dans Boutcha, qui avait été inaccessible pendant près d'un mois.

En tout, c'est près de 410 civils qui ont été retrouvés dans les territoires récemment libérés près de Kiev. Les corps de 57 personnes ont par ailleurs été retrouvés dans une fosse commune à Boutcha par les forces ukrainiennes, a déclaré dimanche 3 avril Serhii Kaplytchny, le chef des secours locaux. Une dizaine de cadavres étaient visibles, certains seulement partiellement inhumés.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article