Guerre en Ukraine : Google condamné à 126 000 euros d'amende par la Russie pour des contenus "interdits"

Publié le par franceinfo avec AFP France Télévisions

Le moteur de recherche avait refusé de supprimer plusieurs vidéos YouTube jugées illégales en Russie, qui durcit son contrôle sur les plateformes étrangères.

Le logo de Google devant le drapeau russe, le 1er mars 2022. (JAKUB PORZYCKI / NURPHOTO / AFP)

Le logo de Google devant le drapeau russe, le 1er mars 2022. (JAKUB PORZYCKI / NURPHOTO / AFP)

Nouvelle offensive judiciaire de la Russie contre les plateformes étrangères. Un tribunal de Moscou a condamné Google à une amende de 11 millions de roubles, soit environ 126 000 euros au taux actuel, jeudi 21 avril. La justice russe reproche au géant américain de ne pas avoir supprimé des contenus "interdits" sur l'offensive russe en Ukraine.

Parmi ces contenus, une conversation téléphonique présumée entre des militaires russes et leurs proches, publiée sur YouTube. Les soldats présumés s'y plaignent d'importantes pertes humaines dans leurs rangs, d'après les agences de presse russes. Une autre vidéo contenait des appels du groupe radical ukrainien Pravy Sektor à organiser des attentats et des actes de sabotage sur le territoire russe, selon les agences. Deux plaintes avaient été déposées contre ces contenus jugés illégaux, notamment par le gendarme russe des télécoms, Roskomnadzor.

Depuis le début de la guerre en Ukraine, Moscou a adopté des limitations drastiques à la liberté d'expression, avec des peines allant jusqu'à 15 ans de prison pour "mensonges" sur ses actions à l'étranger. Google, qui a fermé les comptes YouTube de plusieurs médias d'Etat et institutions russes, est particulièrement visé : en avril, Roskomnadzor lui a interdit de faire sa publicité en Russie. Il a également qualifié ses activités de "terroristes", comme l'ont été celles de Twitter, Instagram et de nombreux médias indépendants avant d'être bloqués.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article