Guerre en Ukraine : le géopolitologue Jean-Antoine Duprat analyse le recul des troupes russes dans certaines zones

Publié le par franceinfo France Télévisions

Invité sur le plateau du 23 Heures de franceinfo, Jean-Antoine Duprat, géopolitologue et professeur associé à l’université Paris IV Sorbonne, s’interroge sur ce que signifie le recul de l’armée russe dans certaines villes, ainsi que l’attitude de Vladimir Poutine, qui se méfie de l’opposition en Russie.

Guerre en Ukraine : le géopolitologue Jean-Antoine Duprat analyse le recul des troupes russes dans certaines zones

Kiev (Ukraine) n’est plus encerclée et les troupes russes semblent avoir reculé dans certaines zones du pays. La question est de savoir si c’est un retrait définitif ou non. "Les Russes nous ont quand même un petit peu habitué à dire une chose et faire son contraire. A priori, ce serait vrai, maintenant, pourquoi ? Est-ce que c’est pour aller mener une offensive encore plus dure sur la région de Marioupol pour essayer de gagner définitivement la ville, quitte après à revenir pour d’autres offensives ? Ou est-ce qu’on s’achemine vers peut-être la fin de cette opération spéciale ? C’est l’espoir qu’on peut avoir", déclare Jean-Antoine Duprat, géopolitologue et professeur associé à l’université Paris IV Sorbonne, sur le plateau du 23 Heures de franceinfo, samedi 2 avril.

Vladimir Poutine "de plus en plus méfiant"

En Russie, des opposants à la guerre ont été arrêtés alors qu’ils manifestaient contre le conflit en Ukraine. Selon Jean-Antoine Duprat, Vladimir Poutine est "de plus en plus méfiant. Je pense que les résultats très moyens qu’il obtient sur le terrain ne vont pas dans le sens d’un apaisement, en tout cas dans son esprit. On risque d’avoir affaire à un réveil un peu de la contestation en Russie et puis inversement, malheureusement, un renforcement de la répression", annonce-t-il.

Le pape François est invité par le président ukrainien Volodymyr Zelensky à venir en Ukraine pour jouer les médiateurs avec la Russie. Jean-Antoine Duprat estime qu’il pourrait avoir une influence dans ce conflit. "Il joue un rôle géopolitique très important. Il a un avis moral bien entendu à donner, il est chef de l’Église. Il parle aussi à l’Église orthodoxe, il ne faut pas oublier ça. Donc il a une voix qui peut porter. Ceci dit, il ne prend pas partie, lui il appelle à la paix", indique le géopolitologue.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article