Guerre en Ukraine : Moscou va encore négocier mais met en garde contre un risque de troisième guerre mondiale

Publié le par 20 Minutes avec AFP

MENACE Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov estime que le danger d’une troisième guerre mondiale « est grave, il est réel, on ne peut pas le sous-estimer »

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, à Moscou le 22 avril 2022. — Kommersant/SIPA

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, à Moscou le 22 avril 2022. — Kommersant/SIPA

Tout en laissant entrevoir une fin de la guerre en Ukraine, Sergueï Lavrov continue de jouer avec les pires craintes de la communauté internationale. Le chef de la diplomatie russe a en effet assuré lundi que Moscou va poursuivre les négociations de paix avec Kiev, tout en mettant en garde contre le danger « réel » d’une troisième guerre mondiale.

« La bonne volonté a ses limites. Et si elle n’est pas réciproque, cela ne contribue pas au processus de négociation », a déclaré Sergueï Lavrov, cité par l’agence de presse russe Interfax. « Mais nous continuons de mener des négociations avec l’équipe déléguée par (le président ukrainien Volodymyr) Zelensky, et ces contacts vont se poursuivre », a-t-il assuré.

Pour Lavrov, Zelensky « fait semblant » de négocier

Le ministre des Affaires étrangères a en outre accusé Volodymyr Zelensky – un ancien comédien élu à la présidence de l’Ukraine en 2019 – de « faire semblant » de négocier. « C’est un bon acteur (…), si on regarde attentivement et on lit attentivement ce qu’il dit, vous allez y trouver un millier de contradictions ».

Dans ce contexte de tensions sans précédent entre la Russie et les Occidentaux en raison de l’offensive russe en Ukraine, Sergueï Lavrov a donc surtout mis en garde contre le danger « réel » d’une troisième guerre mondiale. « Le danger est grave, il est réel, on ne peut pas le sous-estimer ».

Quant au conflit en Ukraine, il s’est dit confiant sur le fait que « tout va bien sûr finir par la signature d’un accord ». Mais, « les modalités de cet accord dépendront de la situation des combats sur le terrain, au moment où cet accord deviendra une réalité ». Avec de telles déclarations, les négociations sont parties pour prendre encore du temps.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article