Guerre en Ukraine : Poutine a « déjà perdu » sur la scène internationale, assure François Hollande

Publié le par Sud Ouest avec AFP

François Hollande affirme que la décision de Vladimir Poutine d’envahir l’Ukraine entraînera son isolement diplomatique et politique à l’échelle internationale

Pendant son quinquennat, le président français a plusieurs fois rencontré le chef de l’État russe. © Crédit photo : ©François Lafite/Wostok Press

Pendant son quinquennat, le président français a plusieurs fois rencontré le chef de l’État russe. © Crédit photo : ©François Lafite/Wostok Press

Dans un entretien paru ce dimanche 27 février dans Libération, François Hollande a commenté l’isolement de la Russie depuis son invasion de l’Ukraine. Le président américain Joe Biden avait rapidement affirmé que son homologue russe allait devenir un « paria ». Selon l’ancien président, Vladimir Poutine a « sans doute déjà perdu » son crédit international. « Il a toujours poursuivi le projet d’être reconnu comme l’interlocuteur principal des Américains, même s’il pense le pire des États-Unis, et comme un grand responsable à l’échelle du monde, capable de s’immiscer dans toutes les régions et sur tous les conflits » détaille-t-il.

« C’est ce statut qui est en train de s’effondrer », analyse-t-il, « car il devient un personnage difficile à fréquenter, même pour son voisin et partenaire chinois, qui le soutient. La Chine a en effet d’autres objectifs et ne veut pas être identifiée à des politiques de remise en cause des frontières. Voilà pourquoi Vladimir Poutine est en position beaucoup plus faible qu’il n’y paraît sur le plan international. » L’Élysée se félicitait ainsi samedi de voir la Chine s’être abstenue lors d’une résolution à l’ONU réclamant le retrait russe de l’Ukraine, laissant Moscou seul à voter contre.

La guerre est possible, mais pas inévitable

Au-delà, le prédécesseur d’Emmanuel Macron appelle les Occidentaux à se faire à l’idée de la guerre possible, « sans l’accepter comme une fatalité ». Il faut donc, dit-il, « nous donner les moyens de nous défendre. Depuis des années, la France a toujours voulu défendre des valeurs et des intérêts à l’extérieur par des moyens militaires. Mais en Europe, la plupart des pays sont persuadés que les États-Unis seront toujours là pour assurer leur sécurité. Eh bien non, c’est fini. »

À ses yeux, « la grande leçon de ces derniers jours est que l’Europe doit intégrer que la défense de son intégrité justifie des sacrifices, des efforts et des moyens importants ».

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article