Selon le Président Vladimir Poutine, les sanctions contre la Russie affaiblissent l’Occident

Publié le par Midi Libre

Le Kremlin exige que les pays "inamicaux" paient en mai l’achat de gaz en roubles.

Elvira Nabioullina, gouverneure de la banque centrale russe. maxppp - MAXIM SHIPENKOV

Elvira Nabioullina, gouverneure de la banque centrale russe. maxppp - MAXIM SHIPENKOV

Le Président russe, Vladimir Poutine, a déclaré, lundi 18 avril, que les sanctions décidées par les pays occidentaux contre la Russie en lien avec la situation en Ukraine avaient conduit à une "détérioration de l’économie en Occident".

Dans un discours sur l’état de l’économie russe, il a ajouté que l’inflation dans son pays était en train de se stabiliser et que la demande était revenue à la normale. Les pays occidentaux ont décidé des sanctions sans précédent contre la Russie, ses entreprises et son système financier depuis le début, le 24 février, de ce que Moscou présente comme une "opération militaire spéciale" mais que Kiev considère comme une invasion.

Les pays "inamicaux" ont encore le temps d’opter pour le paiement en roubles du gaz qu’ils achètent à la Russie, a déclaré le Kremlin. Le porte-parole de la présidence russe s’est refusé à préciser combien de pays avaient déjà accepté ce changement de mode de règlement de leurs importations de gaz. Dimitri Peskov a expliqué que le paiement des livraisons qui ont eu lieu depuis la signature du décret par Vladimir Poutine était attendu en mai.

Inflation de 17 % en mars

Avant le discours de Vladimir Poutine, la gouverneure de la banque centrale russe, Elvira Nabioullina, avait déclaré envisager une nouvelle baisse des taux d’intérêt et dit qu’il faudrait environ deux ans pour ramener l’inflation vers l’objectif de 4 % que se sont fixé les autorités. La hausse des prix à la consommation en Russie a atteint 17 % en mars.

La banque centrale avait relevé son principal taux directeur à 20 % le 28 février, contre 9,5 % auparavant, après la chute du rouble provoquée par le début du conflit et les premières sanctions occidentales, mais elle l’a ramené à 17 % le 8 avril.

"Nous devons être en mesure de réduire plus rapidement le taux directeur, a dit Elvira Nabioullina dans un discours devant des députés lundi. Nous devons créer les conditions permettant d’accroître la disponibilité du crédit dans l’économie."

Les sanctions, a-t-elle dit, ont jusqu’à présent surtout affecté les marchés financiers "mais maintenant, elles vont commencer à affecter de plus en plus l’économie".

Elle a précisé que Moscou prévoyait d’engager des procédures judiciaires contre le blocage d’actifs russes, entre autres en or et en devises appartenant à des résidents russes.

Dans un message publié sur son site, Sergueï Sobianine, maire de Moscou, a annoncé qu’au moins 200 000 emplois sont menacés dans sa ville par le départ ou l’arrêt des activités d’entreprises étrangères. La mairie va proposer aux employés de sociétés étrangères au chômage technique des "emplois temporaires" permettant des compléments de revenus, comme "la gestion des archives ou la réparation d’équipements" de la ville. La municipalité dit aussi prévoir des subventions pour financer des reconversions professionnelles.

Les tueurs de Boutcha récompensés

Vladimir Poutine a décerné, lundi 18 avril, un titre honorifique au titre de "l’héroïsme" à la 64e brigade de fusiliers motorisés, que l’Ukraine a accusé d’avoir participé aux exactions commises à Boutcha, près de Kiev.

Le Président russe a signé un décret accordant le titre de "Garde" à cette brigade du fait de "l’héroïsme et de la ténacité, la détermination et le courage" de ses hommes. "Les actions habiles et décisives de tout le personnel lors de l’opération militaire spéciale en Ukraine sont un modèle d’exécution du devoir militaire, de courage, de détermination et de grand professionnalisme", a écrit Poutine.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article