Ukraine : "Ce sera la dernière guerre de Poutine", estime une journaliste ukrainienne

Publié le par franceinfo Radio France

Selon une étude citée par Tetyana Ogarkova, "93% des Ukrainiens pensent que nous allons remporter cette guerre".

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky et le secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres à Kiev le 28 avril 2022. (SERGEI SUPINSKY / AFP)

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky et le secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres à Kiev le 28 avril 2022. (SERGEI SUPINSKY / AFP)

L'invasion russe en Ukraine "sera la dernière guerre de Poutine et de ce régime russe", estime jeudi 28 avril sur franceinfo la journaliste Tetyana Ogarkova, responsable du département international du centre d'information sur la crise ukrainienne, à Kiev. Cette intuition qu'elle a eu au premier jour du conflit "ne fait que se confirmer", selon elle. Tetyana Ogarkova pense que la demande de Joe Biden au Congrès américain de débloquer une aide militaire de 20 milliards de dollars est un "tournant décisif" de plus. Un optimisme partagé par "93% des Ukrainiens qui pensent que nous allons remporter cette guerre", selon une étude qu'elle communique.

franceinfo : Que pensez-vous de cette visite d'Antonio Guterres en Ukraine ?

Tetyana Ogarkova : On aurait préféré qu'il vienne à Kiev, Borodianka, Irpin, et Bouctha avant d'aller à Moscou pour prendre conscience de la situation et parler à Vladimir Poutine mais, bien sûr, cette visite est importante pour un soutien humanitaire. On en attend surtout à Marioupol, assiégée depuis plus de deux mois et où il y a eu cinquante bombardements sur l'usine Azovstal, dont des bombes au phosphore interdites. Il faut évacuer les civils donc, si ca peut servir à cela, c'est déjà bien.

Croyez-vous que le patron des Nations Unies arrive avec des promesses de Moscou ?

Non, franchement, nous ne faisons pas confiance à Vladimir Poutine. Il y a eu beaucoup de promesses non tenues, notamment pour les corridors humanitaires de Marioupol. La parole de Poutine n'a malheureusement pas de valeur. C'est toujours bien d'essayer de négocier avec lui mais nous sommes très méfiants par du résultat concret qu'il peut y avoir après cette visite.

Comment la demande de Joe Biden au Congrès américain de débloquer une aide militaire de 20 milliards de dollars est-elle perçue ?

C'est un tournant décisif de plus après la rencontre de quarante ministres de la Défense de la communauté internationale, il y a deux jours sur la base militaire de Rammstein, en Allemagne. Nos partenaires occidentaux ne sont plus neutres. Il y a une certaine résolution de l'Occident pour arrêter cette guerre cruelle et inutile et pour mettre fin au régime de Vladimir Poutine et affaiblir la Russie, comme l'a dit le ministre américain de la Défense, de tel sorte qu'il ne puisse plus attaquer ses voisins dans les décennies à venir.

Quel est l'état d'esprit de la population en ce moment en Ukraine et dans la capitale ?

J'ai visité Kiev hier pour me promener au jardin botanique. Il y a eu une alerte aérienne mais j'ai vu énormément de gens dans les rues, y compris des enfants et des bébés. C'est la vie quasi normale en fait, sauf dans les banlieues du nord devastées par l'armée russe. Les commerces et les terasses de café sont ouvertes, les magasins fonctionnent, il y a juste un peu moins de voitures et donc d'embouteillages qu'avant la guerre. Les dernières études sociologiques indiquent que 93% d'Ukrainiens pensent que nous allons remporter cette guerre. Il y a cet optimiste malgré le dramatisme à l'Est et au Sud. Comme je l'ai dit au premier jour de l'invasion, ce sera la dernière guerre de Poutine et de ce régime russe. Depuis, mon intuition ne fait que se confirmer.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article