Ange Alvarez, ce héros de la Résistance montpelliéraine

Publié le par Midi Libre par Ludovic Trabuchet

Alors que l'on célèbre, ce 27 mai, la journée nationale de la Résistance, hommage à un héros qui s'est éteint cette semaine à l'âge de 96 ans.

Ange Alvarez s’est éteint dans le Gard où il avait élu domicile. Archive A.B.

Ange Alvarez s’est éteint dans le Gard où il avait élu domicile. Archive A.B.

Pour ce 27 mai, journée nationale de la Résistance, le maire de Montpellier Michaël Delafosse a proposé au préfet de l’Hérault de modifier le lieu de la cérémonie. Celle-ci a lieu à 9 h 30 dans les jardins du Peyrou, à hauteur de l’arche où se trouve le portrait de Jean Moulin. Un symbole. C’est en effet sous la présidence de celui-ci qu’en 1943, le 27 mai, se tint la première réunion du Conseil National de la Résistance.

Cette cérémonie sera aussi l’occasion, à Montpellier, de se souvenir d’Ange Alvarez, décédé en début de semaine à l’âge de 96 ans. Né dans les Asturies, Républicain espagnol opposé au régime franquiste, il se réfugia très jeune en France où, il s’engagea aussitôt dans la Résistance durant la seconde Guerre mondiale.

En première ligne face à l'ennemi

Il était alors âgé de 15 ans et réalisa l’acte héroïque d’abattre, de sang-froid, un officier nazi. Arrêté par la Milice, torturé durant plusieurs jours, il sera par la suite incarcéré à Toulouse où, remis aux SS, il connaîtra le départ vers l’Allemagne dans l’effroyable “train fantôme” à destination de Dachau. Il n’y arrivera pas. Ange Alvarez a en effet réussi à s’échapper du convoi et aux soldats allemands lancés à sa poursuite, pour mieux revenir combattre au sein de la Résistance de l’Hérault où il fut en première ligne face à l’ennemi.

Comme Ange Alvarez, nombre de Montpelliérains, Héraultais, Français se sont battus de façon héroïque. À l’heure où les derniers survivants sont en train de nous quitter, il est plus que jamais nécessaire d’honorer leur mémoire.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article