"Continuité", "saccage social" : les réactions à la nomination d'Elisabeth Borne comme Première ministre

Publié le par France Bleu par Jade Peychieras, France Bleu

Après la nomination d'Elisabeth Borne comme Première ministre ce lundi, les réactions, positives ou négatives, ne se sont pas fait attendre. "Continuité" du "saccage social" pour Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, d'autres félicitent au contraire la seconde femme à ce poste.

Elisabeth Borne à l'occasion de la passation de pouvoir avec Jean Castex à l'Elysée ce lundi. © AFP - LUDOVIC MARIN

Elisabeth Borne à l'occasion de la passation de pouvoir avec Jean Castex à l'Elysée ce lundi. © AFP - LUDOVIC MARIN

A moins d'un mois des élections législatives, les opposants au présodent, comme Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon, ont rapidement critiqué le choix fait par Emmanuel Macron pour remplacer Jean Castex au poste de Premier ministre. D'autres ont félicité Elisabeth Borne, comme Valérie Pécresse ou Catherine Vautrin.

Pour Marine Le Pen, le choix d'Elisabeth Borne, anciennement ministre du Travail et membre de la majorité présidentielle, démontre l'"incapacité à rassembler" d'Emmanuel Macron. Elle dénonce également "la volonté" du président "de poursuivre sa politique de mépris, de déconstruction de l'État, de saccage social, de racket fiscal et de laxisme".

De son côté, Jean-Luc Mélenchon a appelé à "faire un autre choix" aux législatives : "Il existe une possibilité pour les Français de renvoyer Madame Borne" a-t-il martelé en conférence de presse, celui de la cohabitation en remportant une majorité de députés Nupes. Pour convaincre, le leader de La France insoumise a proposé "un débat" à la Première ministre pour "discuter du bilan de sa politique". Il tient l'ex-ministre du Travail pour responsable de la "baisse de l’allocation d’un million de chômeurs, suppression des tarifs réglementés du gaz, report de 10 ans de la fin du nucléaire, ouverture à la concurrence de la SNCF et RATP". Avec Elisabeth Borne aux commandes, il craint "une nouvelle saison de maltraitance sociale". 

Valérie Pécresse, candidate malheureuse des LR à la présidentielle, lui adresse à l'inverse ses "félicitations républicaines" et souligne son parcours d'engagement "incontestable" et "nécessaire pour devenir la deuxième femme Première ministre de notre pays". 

Un temps citée parmi les Premiers ministrables, l'ancienne ministre et présidente du Grand Reims Catherine Vautrin se réjouit elle aussi sur Twitter : "Enfin une femme à Matignon ! Bravo à Elisabeth Borne et plein succès à la France."

Parmi les ministres du gouvernement Jean Castex, Gérald Darmanin lui "souhaite courage, réussite et force au service de la France" et Roselyne Bachelot "plein succès dans cette nouvelle et passionnante mission".

"Chère Elisabeth Borne, Madame la Première ministre", écrit enfin Emmanuel Macron sur Twitter, fixant la longue feuille de route de ce début de quinquennat : "Écologie, santé, éducation, plein-emploi, renaissance démocratique, Europe et sécurité". "Ensemble, avec le nouveau gouvernement, nous continuerons d'agir sans relâche pour les Françaises et les Français."

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article