Elisabeth Borne dans le Calvados : la Première ministre chahutée sur le terrain

Publié le par Europe 1 par Jacques Serais

La nouvelle Première ministre Elisabeth Borne a été quelque peu chahutée sur le terrain, alors qu’elle visitait ce matin le vide-greniers de Thury-Harcourt, dans la circonscription où elle se présente pour les législatives. Une militante de la Nupes, la nouvelle union populaire écologique et sociale, l'a notamment interpellée. 

Elisabeth Borne dans le Calvados : la Première ministre chahutée sur le terrain

Première ministre fraîchement nommée, Elisabeth Borne effectue son premier déplacement dans le Calvados, en ce week-end des 21 et 22 mai 2022, depuis sa désignation à Matignon lundi 16 mai. Candidate aux législatives, elle doit arpenter la 6e circonscription (Vire-Evrecy), durant deux jours, dans le cadre de la campagne. La nouvelle Première ministre a été chahutée sur le terrain alors qu’elle visitait ce matin le vide-greniers de Thury-Harcourt.

"Je pense que vous avez peur"

Alors qu’elle distribue des tracts au côté de son suppléant, Elisabeth Borne se retrouve nez à nez avec une militante de la Nupes, la nouvelle union populaire écologique et sociale. 

"Je pense que si vous êtes venue à Thury-Harcourt au vide grenier en tant que Premier ministre, c'est parce que vous avez peur. Vous avez peur de perdre et je suis très contente. Mais je ne vous en veux pas", lui lance la militante. Et si globalement l’accueil est plutôt chaleureux pour la nouvelle première ministre, un nouvel échange tendu  se produit sous l’objectif des caméras, après une trentaine de minute de déambulation. 

"Je n'aime pas les gens qui me traitent de fainéant alors que j'ai commencé à travailler à quatorze ans"

"Je vais vous décevoir mais je ne me salis pas les mains. Oui, madame, parce que moi j'aime bien les gens qui me respectent. Et non pas ceux qui me traitent de fainéant alors que j'ai commencé à travailler à quatorze ans. Le président, celui qui me préside, m'a traité de fainéant, d'incapable de Gaulois", explique-t-il à la Première ministre.  

Une allusion aux propos d’Emmanuel Macron en 2018 sur les Gaulois réfractaires. Elisabeth Borne sait qu’elle ne convaincra pas cet électeur. "Je crois qu'on n'est pas d'accord sur le chemin", lui répond-elle. Pour les autres, elle compte revenir dans sa circonscription chaque week-end jusqu’aux législatives. 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article