Élisabeth Borne, l'ancienne préfète de Poitou-Charentes devenue Première ministre

Publié le par France Bleu par Oanna Favennec, William Giraud, France Bleu Poitou, France Bleu La Rochelle, France Bleu

Elisabeth Borne a été nommée Première ministre ce lundi par Emmanuel Macron, suite à la démission de Jean Castex. Il y a huit ans, elle quittait la Vienne et le Poitou-Charentes, où elle avait été préfète pendant un peu plus d'un an.

Elisabeth Borne en 2O14, venait de quitter la région Poitou-Charentes pour le cabinet du ministère de l'écologie de Ségolène Royal. © Maxppp - Thomas Padilla

Elisabeth Borne en 2O14, venait de quitter la région Poitou-Charentes pour le cabinet du ministère de l'écologie de Ségolène Royal. © Maxppp - Thomas Padilla

Elisabeth Borne devient ce lundi la deuxième Première ministre de l'histoire de France. Emmanuel Macron l'a désignée cheffe du gouvernement suite à la démission de Jean Castex. Ministre des Transports en 2017, passée par la Transition écologique en 2019, elle était depuis 2020 ministre du Travail. Avant cela, Elisabeth Borne, 61 ans, est également passée par le Poitou-Charentes pendant un peu plus d'un an entre 2013 et 2014. 

Elisabeth Borne et Ségolène Royal : une entente éphémère

Proche du parti socialiste, cette diplômée de polytechnique et des ponts et chaussées a déjà travaillé dans plusieurs ministères, auprès de Jack Lang et Lionel Jospin, quand elle arrive dans la région. En février 2013, un an après l'élection de François Hollande, elle est nommée Préfète de la Vienne et de Poitou-Charentes. C'est, à l'époque, la première femme à occuper ce poste. Elle travaille quelques mois dans une entente parfaite avec la présidente de la région, une certaine Ségolène Royal. Ségolène Royal la nomme donc "naturellement" directrice de cabinet quand elle arrive au ministère de l'Écologie en 2014.

La suite verra l'éloignement de deux femmes, Elisabeth Borne enchaînant les ministères pendant que son aînée, éphémère ambassadrice des pôles, finira au banc de la macronie. Quand elle récupère ce fameux ministère, en 2019, celui de la Transition écologique, Élisabeth Borne remettra même Ségolène Royal à sa place : "Je note qu'elle critique le gouvernement très fortement depuis quelques semaines, est-ce que c'est bien compatible avec un poste d'ambassadeur qui appelle une certaine réserve ? On peut se demander."

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article